Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Une ingénieuse ville flottante pour réfugiés climatiques

Une ingénieuse ville flottante pour réfugiés climatiques

Si l'urbanisation sur les mers a déjà commencé (au Japon, à Singapour, aux Pays-Bas…), habiter sur une cité flottant sur l'eau relève toujours du domaine de la science-fiction. Pourtant, le projet d'un cabinet d'architecte danois qui a été présenté à l'ONU en avril 2019 pourrait rendre cette idée concrète plus vite qu'on ne le pense.

Cette ville, qui porte le nom d'Oceanix, serait composée de multiples plateformes flottantes de forme hexagonale, de 15.000 m2 chacune. Une plateforme pourrait accueillir 300 habitants et un village disposerait de 6 de ces modules. La ville entière comprendrait 6 villages, pour un total de plus de 10.000 habitants.

Les ingénieurs en charge du projet expliquent s'être inspirés des ruches d'abeille pour concevoir ces villes futuristes, tant pour le gain de place engendré que pour le besoin réduit en matériaux de construction. Une place importante a été laissée à l'autosuffisance de ces îles puisqu'elles abriteraient des fermes marines, des emplacements dédiés au recyclage et au dessalage de l'eau de mer, ainsi que des plateformes entièrement consacrées à la récupération de l'énergie solaire.

Dans le projet présenté à l'ONU, les créateurs de ces villes flottantes insistent sur l'aspect durable de leur construction, avec un tri des déchets systématique, des livraisons par drones et l'interdiction de tout véhicule fonctionnant avec des énergies fossiles.

Fabriqués sur la terre ferme, ces villages novateurs seraient ensuite placés sur l'eau puis amarrés au fond de l'eau, pour garantir leur stabilité. Des protections contre les typhons, les tsunamis et autres caprices de la nature seront également intégrés.

Ces villes flottantes ont été imaginées pour faire face à un problème grandissant : le réchauffement climatique. Le niveau de l'eau est en constante augmentation et d'ici 2030 pour les prévisions les plus pessimistes, 2100 pour les plus optimistes, des millions de réfugiés climatiques devront migrer quand leur terre sera engloutie par les océans.

Ce projet d'habitations sur l'eau soutenu par l'ONU semble très prometteur mais il n'en est qu'à ses balbutiements. Cependant, un premier prototype devrait voir le jour d'ici quelques mois, à New-York sur l'East River, non loin du siège des Nations Unies. S'il arrive à convaincre, c'est dans les zones tropicales les plus touchées par les catastrophes naturelles que les premiers Oceanix seront installés.

>> A lire aussi : Les îles artificielles à la rescousse de l'humanité

Par Mickael
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.