Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Une île de plastique flotterait en mer Méditerranée

Une île de plastique flotterait en mer Méditerranée

Une fois de plus, un phénomène d'île de plastique flottant fait parler de lui. Si on est (malheureusement) habitués au 7ème continent situé au milieu du Pacifique, ou encore à l'embouchure du fleuve Motagua entre le Honduras et le Guatemala, ça se passe cette fois près de chez nous.

C'est le 21 mai 2019 que France Bleu rapporte ce phénomène. Une île longue de plusieurs kilomètres aurait été repérée entre la Corse et l'Île d'Elbe. Mais, si l'on en croit l'édition du 23 mai 2019 de Corse Matin, l'avion envoyé sur place par la préfecture maritime de la zone Méditerranée n'a rien repéré de la sorte entre la terre natale de l'Empereur et son lieu d'exil.

Ce n'est cependant pas une vraie surprise pour le responsable de l'Ifremer à Bastia, François Galgani, interrogé par France Bleu. La configuration des courants et des fonds marins dans la Mer Tyrrhénienne fait que les déchets flottants se concentrent périodiquement dans cette zone. Ces accumulations de déchets se forment donc régulièrement, subsistent de quelques jours à quelques semaines, trois mois au plus, puis se dispersent à nouveau.

L'un des risques, selon l'expert, c'est que sous certaines conditions météo, il est possible que des monceaux d'ordures s'échouent sur les plages corses. Un autre risque, plus systémique, est soulevé par l'association "Mer et Vivre". Ces plastiques finissent par se désagréger avec le temps. Devenus invisibles à l'œil nu, ils existent toujours néanmoins sous forme de nanoplastiques. Ceux-ci sont ingérés par les poissons et, in fine, par les êtres humains au bout de la chaîne alimentaire.

Malheureusement, les déchets flottants ne sont pas recyclables, et donc pas valorisables par une société qui en ferait la collecte. Il reviendra donc aux pouvoirs publics de prendre des mesures. Et surtout de faire évoluer les mentalités et la législation afin d'éviter que tout ce plastique finisse dans la mer.

Par Charles Lorrain
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.