Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Une gigantesque éolienne de mer testée au Danemark

Une gigantesque éolienne de mer testée au Danemark
Photo: MHI Vestas

Ils sont fous, ces Danois. La société Vestas Wind Systems A/S, poids lourd dans la construction d'éoliennes (pour ne pas dire leader mondial dans le secteur), est en train de tester une turbine titanesque de 140 mètres de haut.

Affectueusement baptisée V164-8.0 MW, le gros bébé affiche fièrement des mensurations qui peuvent rendre les parent très fiers : des pales de 80 mètres de long portées par une nacelle de 390 tonnes, elle-même supportée par un mat de 140 mètres de long. Le tout construit pour résister aux assauts des vents et des vagues de la mer du Nord.

Le constructeur annonce que l'éolienne est capable de délivrer tout son potentiel avec un vent de 12,5 mètres/seconde. Il s'agit là d'une forte avancée sur le long chemin qu'il reste à parcourir pour dompter efficacement l'énergie éolienne.

Pour rappel, une éolienne n'arrive jamais à produire 100% de ses capacités et encore moins à longueur d'année. On estime les pertes de rendement à 80% pour une éolienne terrestre, et à 72% pour une éolienne marine. Une V164-8.0MW pourrait ainsi produire de quoi alimenter 1000 à 1500 ménages en électricité ce qui est un score plus qu'honorable, on en conviendra.

Petit bonus, l'éolienne de Vestas remporte haut la main le record de l'éolienne la plus puissante du monde : 8 Méga Watts, c'est 2 de plus que l'Haliade 150-6MW d'Alstom, et 4 MW de plus que la majorité des éoliennes offshores dans le monde.

Par Guillaume Daveluy
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.