Vous utilisez un bloqueur de publicits et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entirement gratuit grce la publicit, non intrusive.
Merci de nous soutenir en dsactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icne rouge situe en haut droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Dsactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Une exposition parisienne dédiée à la plage

Publié le 05/12/2016

Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, en Angleterre, la médecine s'intéresse aux vertus des eaux de mer. Ainsi, les bains de mer deviennent vite conseillés pour certains traitements. Ce phénomène entraîne la création de stations balnéaires, comme ce fut le cas à Brighton, en 1769. En France, des stations balnéaires inspirées du modèle anglais font leur apparition autour de la Manche et sur la Côte d'Azur, avant la fin du siècle.

L'exposition Tous à la plage ! nous propose de nous plonger dans l'histoire de l'activité balnéaire en France et en Europe. À la Cité de l'Architecture et du Patrimoine, ne vous étonnez pas que l'exposition aborde de manière très intéressante l'architecture et l'urbanisme des fronts de mer. Hôtels, villas aristocratiques, casinos, marinas, clubs de vacances ou caravanes, de Deauville à Cannes en passant par La Grande-Motte, la diversité du patrimoine balnéaire français est mise en évidence dans cette exposition regroupant des peintures, des gravures, des films, des journaux, des maquettes et même des vêtements.

Car l'exposition laisse également une part importante des sujets traités aux évolutions vestimentaires et sociales qui accompagnent les changements des cités balnéaires, oubliant, petit à petit, l'aspect curatif hivernal, pour faire face à l'afflux de vacanciers l'été sur les plages et voir apparaître le bikini.

En clôture, l'exposition nous pousse à nous demander à quoi ressemblera la cité balnéaire de demain et nous rappelle les menaces écologiques qui pèsent sur le littoral à l'heure du réchauffement climatique.

Somme toute, il ne manque que le sable et les vagues pour que cette balade dans le temps nous transporte vraiment loin des rues de Paris.

Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.