Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Une exceptionnelle épave découverte dans la Mer Noire

Une exceptionnelle épave découverte dans la Mer Noire

La Mer Noire est un champ de recherche très prolifique pour l'archéologie sous-marine. En effet, cette mer, en raison de sa faible connexion avec la Méditerranée, a pour particularité d'être anoxique à partir de 200 mètres de profondeur. Alors que d'ordinaire il ne reste plus rien des épaves de navires en bois au bout de quelques dizaines d'années, au mieux quelques centaines, l'absence d'oxygène dans les eaux pontiques permet la conservation de navires très anciens. La découverte en 2016 d'un cimetière de 41 bateaux byzantins et ottomans, dont certains ont plus de mille ans, en est une preuve supplémentaire.

Cette fois, une nouvelle trouvaille fera date dans les annales de l'archéologie : on a découvert la plus ancienne épave "intacte" au monde. En réalité, l'épave a été découverte en 2017, mais les résultats des études de datation n'ont été publiés qu'en 2018. En l'occurrence, il s'agit d'un bateau de commerce grec datant d'environ -400 avant notre ère. On imagine l'excitation des inventeurs : découvrir "en vrai" et intact un type de navire dont on ne connaissait l'existence que sur des poteries !

"Intact" est une notion toute relative en archéologie. Cela signifie qu'il existe des restes significatifs de la plupart des parties du navire. En l'occurrence, on a retrouvé les bancs des rameurs, le gouvernail et la cargaison. A de telles profondeurs, l'épave a été protégée non seulement de la décomposition des matières organiques dont elle est composée, mais également des pilleurs d'épaves, ce qui est d'autant plus exceptionnel.

L'expédition a été menée conjointement par l'Université de Southampton et des scientifiques bulgares. Le projet Black Sea MAP (pour Marine Archaeologic Project) a pour mission de rechercher, durant trois ans, les nombreuses épaves qui jonchent le fond de la Mer Noire sur une surface de 2000 km² au large des côtes bulgares. Son navire scientifique est équipé pour cela de moyens technologiques adaptés, notamment un sonar, un sous-marin télécommandé et des caméras conçues pour les grandes profondeurs.

Par Charles Lorrain
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.