Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Une barge du débarquement découverte à Merville

Sur les plages de Normandie, on retrouve très fréquemment des vestiges divers et variés datant de la Seconde Guerre Mondiale. Les plages ont été recouvertes à partir de 1943 de toutes sortes d'obstacles anti-débarquement comme les tétraèdres de béton ou les très improprement dénommées « asperges de Rommel » sur lesquelles étaient censées venir exploser les embarcations s'approchant du littoral à marée haute. On trouve aussi régulièrement du matériel allié utilisé lors de l'assaut ou durant la bataille de Normandie. Mais ce qui est plus original, c'est de trouver du matériel de débarquement sur une plage où il n'y a pas eu de débarquement.

C'est ce qui s'est passé le 4 avril 2017 sur la plage de Merville-Franceville, dans le Calvados. Un promeneur, dont l'attention a été attirée par une barre en métal dépassant du sable, a averti la mairie afin qu'elle prenne les dispositions qui s'imposent pour éviter les accidents. Après avoir dégagé le sable, il s'est avéré que le morceau de métal en question faisait partie d'une structure d'environ 12 mètres de long complètement ensablée. Il s'agit manifestement d'une barge ayant servi pour le débarquement du 6 juin 1944. Afin d'éviter tout problème de sécurité pour lequel il pourrait être tenu responsable, le maire de Merville a pris l'initiative de faire enlever rapidement la barge.

Cette décision un peu trop rapide a fait peu de cas des réglementations en matière d'archéologie, provoquant l'ire du DRASSM (Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines) auquel doivent être impérativement déclarées des découvertes de ce type. Le maire reste perplexe dans la mesure où il se découvre plusieurs fois par an des vestiges du débarquement dans sa commune et où, selon lui, il s'agit de beaucoup de tracasseries pour une barge en très mauvais état. Les archéologues n'écartent cependant pas d'entreprendre des poursuites pénales pour éviter de nouvelles destructions de site archéologique.

Dommage, car l'archéologie aurait pu répondre aux questions que soulève cette découverte. S'agit-il d'une barge américaine LCVP comme l'affirme le maire de Merville ou bien d'une barge britannique LCA comme le pense un historien amateur ? Pourquoi se trouve-t-elle en-dehors des plages du Débarquement ? Si la batterie d'artillerie de Merville a été bombardée et prise d'assaut par les parachutistes, aucun assaut amphibie n'a eu lieu sur cette plage. Il n'est cependant pas exclu qu'une barge ait pu dériver depuis la plus proche plage de débarquement, à Ouistreham en secteur anglais.

Par Charles Lorrain
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.