Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Une baleine s'aventure à New York

Une baleine s'aventure à New York

Les touristes qui passent quelques jours sur la côte Est des États-Unis choisissent parfois de consacrer quelques heures à l'observation des baleines. Ces animaux s'aventurent en effet relativement près des côtes et il suffit de s'éloigner d'une quarantaine de kilomètres dans les eaux de l'Océan Atlantique pour les observer.

Mais les agences spécialisées ont du souci à se faire. Non seulement plusieurs spécimens de cétacés ont été aperçus tout près des côtes ces derniers mois, mais l'un d'entre eux s'aventure jusque sous les fenêtres des New-Yorkais.

Une baleine à bosse a en effet été observée par les garde-côtes en train de s'ébattre dans la rivière Hudson, au pied de la Statue de la Liberté. Les responsables politiques y voient un effet de leurs décisions environnementales qui ont amélioré la qualité de l'eau de la rivière ces dernières années. D'autres considèrent simplement que le cétacé gourmand est à la recherche d'un de ses mets favoris, le hareng, présent en nombre dans le fleuve.

La baleine à bosse est une baleine de taille très moyenne (au maximum 19 mètres pour 40 tonnes), alors que la grande baleine bleue peut mesurer jusqu'à 30 mètres et 200 tonnes. Mais si elle est si populaire, c'est avant tout parce qu'elle est assez facile à observer et qu'elle réalise des sauts spectaculaires.

Le cétacé, surnommé Gotham, est devenu une petite star. Les autorités ont recommandé aux bateaux navigant sur l'Hudson de ne pas s'en approcher car une collision est risquée pour l'animal aussi bien que pour les passagers de l'embarcation.

Par Charles Lorrain
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.