Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Un croisiériste français à l'assaut de l'arctique

Un croisiériste français à l'assaut de l'arctique
Photo: Stirling Design International

Ponant, le croisiériste français autrefois connu comme "La Compagnie des Îles du Ponant", innove encore une fois. Spécialisée dans les croisières de luxe sur des bateaux de moyenne dimension battant pavillon français, la compagnie a déjà un beau catalogue à proposer à sa clientèle. Outre les traditionnelles excursions en Méditerranée et aux Antilles, elle explore les chemins polaires du grand nord (Passage du Nord-Ouest) et du grand sud (Ushuaïa, Terre de Feu, Péninsule Antarctique) grâce à ses navires à coques renforcées.

Mais Ponant veut aller encore plus loin. La société vient en effet de commander un véritable brise-glace, capable de se frayer un chemin dans la banquise jusqu'à une épaisseur de 2,5 m, soit davantage que de nombreux brise-glaces en service à l'heure actuelle. Le navire sera d'ailleurs construit suivant la norme « Polar 2 », ce qui signifie qu'il pourra naviguer en eaux polaires tout au long l'année, même au travers de glace vieille de plusieurs années. D'ailleurs, l'objectif affiché est d'emmener les croisiéristes jusqu'au Pôle Nord géographique.

Le navire de 150 mètres, 135 cabines et 30.000 tonnes de jauge brute, dénommé "Ponant Icebreaker", sera issu de la collaboration de plusieurs entreprises : l'architecte naval français SDI pour le design, le chantier roumain de Vard pour la coque et le spécialiste finlandais des navires polaires Aker Arctic pour la maîtrise d'œuvre et l'intégration. L'autre originalité est qu'il pourra naviguer aussi bien au gas-oil qu'au gaz naturel liquéfié (GNL) grâce à sa motorisation hybride conçue par Wärtsilä, le spécialiste du moteur naval.

Mais les projets de Ponant inquiètent les écologistes qui voient d'un mauvais œil les derniers sanctuaires naturels s'ouvrir au tourisme. Cependant, nul doute que les différentes récompenses et l'excellente réputation de Ponant au niveau mondial se verront confirmées par cette annonce. Autre point remarquable : ce navire, comme tous les navires de Ponant, arborera le pavillon français et non pas un quelconque pavillon de complaisance. D'un coût annoncé de 270 millions d'euros, la livraison du navire est attendue pour 2021.

Par Charles Lorrain
Pour recevoir la newsletter

1 commentaire

Armateur français

par Arnaud, le 19/02/2018

N'oubliez pas que même un armateur français comme ponant embauche tout son personnel navigant avec des contrats de droit marin de wallis et futuna... Où il n'y a aucune charge sociale. Le personnel navigant ne cotise donc à rien, et n'est pas reconnu. Sachez-le...

Vous aussi, donnez votre avis !

Il vous reste caractères.