Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Les plages du débarquement bientôt classées à l'Unesco ?

Les plages du débarquement bientôt classées à l'Unesco ?
Photo: Archangel12

Bien qu'elle ait une mission plus large, l'Unesco est surtout connue pour sa liste des sites classés au patrimoine mondial et qui sont, au vu des critères réclamés, d'une importance capitale pour l'humanité, que ce soit pour le patrimoine historique, naturel ou immatériel.

A ce jour, 1052 biens sont inscrits sur cette liste, dont 42 en France, comme le Mont-Saint-Michel ou encore le Canal du Midi. La Région Basse-Normandie a engagé les opérations de classement des Plages du Débarquement il y a une dizaine d'années. Après avoir inscrit le site sur la liste provisoire, dite « indicative », en 2014, elle transmettra le dossier au gouvernement pour qu'il soit déposé à l'Unesco en 2018. Si tout se passe bien, l'inscription pourra être effective en 2019 pour les célébrations du 75ème anniversaire du débarquement allié sur les plages de Normandie.

Les sites retenus sont au nombre de neuf : les cinq plages proprement dites (Sword, Juno, Gold, Omaha, Utah), mais aussi le port artificiel d'Arromanches, la Pointe du Hoc, la batterie de Longues et, plus inattendu, les vestiges subaquatiques. On pense bien entendu aux événements du 6 juin 1944, mais il existe d'autres aspects pour lesquels le site mérite une considération.

Le Port d'Arromanches représente le défi logistique qu'a constitué l'opération Overlord. Elle est considérée à ce jour comme la plus grande opération militaire de l'histoire de l'humanité et le port a fait transiter pas moins de 1,5 million d'hommes et plusieurs dizaines de milliers de véhicules en deux mois.

La Pointe du Hoc, d'une surface de 20 ha, est sous souveraineté américaine depuis 1979. Les Allemands avaient aménagé à cet endroit une batterie d'artillerie couvrant sous ses feux les plages d'Utah et d'Omaha. Le lieu, bombardé par bateau et par avion, puis conquis par des Rangers en escaladant la falaise, est resté en l'état et constitue un vestige unique du champ de bataille de 1944.

La batterie de Longues-sur-Mer représente le Mur de l'Atlantique, une œuvre exceptionnelle du génie militaire du XXème siècle. Cette batterie d'artillerie a été copieusement bombardée depuis la mer et a riposté à son tour avant d'être réduite au silence. Bien que fortement endommagée, la batterie de Longues est la seule à encore posséder ses canons.

Enfin, le champ d'exploration archéologique subaquatique est une illustration de l'ampleur des opérations. Durant les premières heures de l'offensive, de nombreux bateaux, chars amphibies et fantassins lourdement équipés ont sombré et gisent toujours au fond de la mer.

Si cet ensemble constitue sans nul doute un témoignage à la fois de l'ingéniosité et de la folie des hommes, certains y voient un intérêt bien plus terre-à-terre : le classement à l'Unesco a la réputation de booster la fréquentation touristique des lieux concernés !

Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.