Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le Titanic va-t-il vraiment ressusciter ?

Le Titanic va-t-il vraiment ressusciter ?

Le 15 avril 1912 est une date marquée d'une pierre noire dans l'histoire navale. Le plus grand, le plus luxueux et le plus sûr des navires construits jusqu'alors sombre dans l'Atlantique Nord lors de son voyage inaugural, trois heures après avoir heurté un iceberg. Cet événement au retentissement international a subi un regain d'intérêt en 1985 lorsqu'un sous-marin a visité l'épave par 3843 mètres de profondeur, puis en 2012 pour le centenaire de la catastrophe.

C'est d'ailleurs à cette occasion que l'idée d'un "Titanic II" a été lancée. Il s'agit ni plus ni moins que de construire une réplique opérationnelle du célèbre paquebot. Pas une copie conforme cependant, car il est, pour ainsi dire, impossible de faire naviguer un navire identique au Titanic à notre époque. Pour des raisons réglementaires tout d'abord, car les normes de construction et de navigation ont beaucoup évolué en un siècle (notamment suite aux enseignements du naufrage du Titanic précisément). Et pour des raisons sociales et financières ensuite. En effet, à bord du Titanic, la ségrégation entre passagers de 1ère, 2ème et 3ème classes était très forte. En particulier, le contact entre passagers de classes différentes était interdit et les passagers de 3ème classe n'avaient que peu de distractions.

N'oublions pas que le Titanic n'était pas un navire de croisière mais un moyen de transport vers le Nouveau Monde : un croisiériste moderne ne peut pas envisager d'embarquer des passagers ne dépensant pas d'argent dans les différents restaurants, casinos et cinémas. Le Titanic II devrait compter 10 ponts (un de plus que le premier du nom) et afficher une longueur totale de 269 mètres, comme son aîné. Il devrait aussi proposer trois classes de passagers.

Le Titanic II doit avant tout se rapprocher le plus possible de l'allure générale de son ancêtre sans en reprendre tous les détails. C'est à l'intérieur que le plus d'ambition est possible : les aménagements doivent être les plus fidèles possibles au Titanic. Restaurants, grand escalier, tout doit être fait pour que les passagers puissent se prendre pour Kate Winslet ou Leonardo Di Caprio, avec des canots de sauvetage en abondance et sans iceberg si possible. La capacité sera de 2435 passagers de 1ère, 2ème et 3ème classes, comme l'original. L'architecture est confiée au finlandais Deltamarin, et l'aménagement intérieur sera réalisé par le cabinet suédois Tillberg Design.

Le Titanic II, dont le voyage inaugural était initialement prévu pour 2018, était tombé aux oubliettes après un litige avec la Chine, où devait être construit le navire. Il semble cependant que le projet soit relancé par son promoteur, le milliardaire australien Clide Palmer, et sa société, la Blue Star Line (clin d'œil à la White Star Line qui exploitait le Titanic). Le paquebot suivra non seulement l'itinéraire d'origine, de Southampton à New-York, mais ira visiter d'autres contrées. La traversée inaugurale prévue en 2022 reliera d'ailleurs Dubaï à New-York.

La Blue Star Line avait prévu initialement d'installer ses bureaux européens à Londres. Mais, après réflexion, le patron de la compagnie ayant jugé absurde de placer son bureau européen hors d'Europe, celui-ci devrait finalement ouvrir ses portes en mars 2019 à Paris.

Par Charles Lorrain
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.