Vous utilisez un bloqueur de publicits et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entirement gratuit grce la publicit, non intrusive.
Merci de nous soutenir en dsactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icne rouge situe en haut droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Dsactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le littoral français toujours grignoté par l'érosion

L'érosion est un phénomène de transformation du paysage sous l'action des éléments. Elle est souvent très lente, mais dans le cas du littoral, l'érosion mécanique par les assauts de l'eau peut avoir lieu à une vitesse très importante, parfois même brutale. En témoignent les blockhaus allemands du Mur de l'Atlantique, construits autrefois en surplomb des plages, qui se retrouvent désormais cul par-dessus tête.

L'érosion littorale est également due à l'action humaine. Les aménagements de nombreuses zones littorales ont bouleversé les équilibres, notamment en remplaçant la végétation, qui stabilise les dunes et les terrains, par des habitations. Les municipalités, soucieuses de l'accueil des vacanciers, nettoient leurs plages non seulement des détritus, mais également de toute une faune microscopique dont l'action ralentit l'érosion. Les aménagements littoraux, portuaires ou fluviaux, qui modifient les flux de sédiments, ont également leur part de responsabilité.

On estime que 25% des côtes françaises sont touchées par le phénomène, même si la répartition est très inégale. Certaines régions, comme la Bretagne, constituée de granit très résistant, sont épargnées. Les régions aux plages de sables sont bien plus exposées. Et bien plus habitées également. Les mesures effectuées ces dernières années montrent des reculs de 2,5 mètres par an autour de Biscarosse, et de 4 m/an dans certaines zones de la Manche.

Le trait de côte a toujours été mouvant, raison pour laquelle les villages n'étaient traditionnellement pas installés directement sur le littoral mais un peu en retrait à l'intérieur des terres. Cependant, la naissance des stations balnéaires à la fin du XIXème siècle et la massification du tourisme dans les années 60 ont augmenté la densité des populations du bord de mer exposées au phénomène.

De nombreuses tentatives d'aménagement ont été faites pour tenter de juguler le problème, mais il semble qu'elles ne font que le reporter ailleurs. Les solutions à l'étude actuellement tendent à composer avec la mer plutôt qu'à lutter contre elle, par exemple par la reconstitution de cordons littoraux là où ils ont été détruits.

>> A LIRE AUSSI :
Les causes et les conséquences de l'érosion des plages

Par Charles Lorrain
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.