Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le Japon exploite les métaux précieux du fond de l'océan

Le Japon exploite les métaux précieux du fond de l'océan

S'il y a des ressources minérales sur la terre ferme, il n'y a pas de raison qu'il n'y en ait pas au fond des océans. On le sait depuis longtemps, mais extraire ces métaux en profondeur est autrement plus difficile que sur le plancher des vaches.

C'est le défi qu'est en train de relever le Japon. A proximité d'Okinawa, sept gisements de métaux ont été détectés. Ceux-ci proviennent des cheminées hydrothermales dont les fumées sont composées pour l'essentiel de métaux qui se re-déposent sur les fonds marins alentours. Le gisement qui intéresse les autorités japonaises comporte surtout du zinc, mais aussi de l'or, du cuivre et du plomb.

C'est la société publique Japan Oil, Gas and Metals National Corporation (plus connue sous l'acronyme de JOGMEC) qui s'est chargée de l'expérimentation. Lancé depuis le navire hydrographique Hakurei (photo ci-dessus), un excavateur a fait son œuvre à 1600 mètres de profondeur et a réussi à remonter 14,4 tonnes de minerai à la surface, avec une teneur estimée à environ 7%. Une prochaine évaluation économique établie pour le Ministère de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie devrait valider l'exploitation industrielle pour 2020.

Le Pays du Soleil Levant dépend des importations étrangères de métal et ce nouveau filon pourrait lui permettre d'atteindre un plus grand degré d'autonomie. Des considérations écologiques sont toutefois à prendre en considération car une faune unique s'est développée autour des cheminées hydrothermales. Les gisements d'Okinawa et ceux de l'archipel d'Ogasawara se situent dans les eaux territoriales. En revanche, dans les eaux internationales, il faudra compter avec l'ONU et la Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer.

Mais la tentation sera très forte car ces gisements comportent également des terres rares, comme le terbium, le lanthane et d'autres métaux, essentielles pour la fabrication des smartphones (entre autres) dont les gisements connus se situent pour l'essentiel en Chine et dans l'ex-URSS.

Par Charles Lorrain
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.