Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le Japon décide de rouvrir la chasse aux baleines

Le Japon décide de rouvrir la chasse aux baleines

Fin 2018, le Japon a notifié son retrait de la Commission baleinière internationale (CBI) et ainsi affirmé son intention de reprendre la chasse commerciale à la baleine dès juillet 2019. Cette décision, qui va à contre-courant de la prise de conscience de la plupart des pays concernant la préservation d'espèces menacées, a provoqué un tollé. Certains États, comme la France, ont regretté cette décision, et les associations luttant pour les animaux l'ont également déploré.

Durant les 30 dernières années, le Japon aurait dû cesser toute activité de chasse de baleines, puisque le pays a signé un moratoire allant dans cette direction, en 1986. Toutefois, en jouant sur une faille du texte – qui ne punit pas la chasse baleinière si celle-ci est destinée à la recherche scientifique – les Japonais ont continué à pêcher ces gros mammifères marins. Et bien évidemment, la chair de ces baleines finissait sur les étals des marchés.

Pourtant, les Japonais ne sont pas de gros consommateurs de baleines, avec environ 40 g / an par personne. Certains parlent de traditions séculaires, alors qu'en réalité, la consommation de chair de baleine a connu un essor après la seconde guerre mondiale, à une époque où le peuple manquait cruellement de protéines. Très riche et nourrissante, la baleine fut alors une denrée salvatrice.

Aujourd'hui, c'est une certaine frange nationaliste qui défend cette soi-disant tradition, appuyant même cette décision récente de reprendre la chasse commerciale par une volonté de transmettre cette culture aux nouvelles générations. Un argument discutable, et considéré comme hypocrite et obsolète par ses voisins. Le gouvernement Australien se dit "extrêmement déçu d'une telle décision", tout comme le Nouvelle-Zélande qui parle d'une "pratique inutile et dépassée".

L'unique bonne nouvelle, c'est que cette chasse à la baleine ne se fera plus en Antarctique, comme c'était le cas jusqu'à là, mais dans les eaux du Pacifique et de l'Atlantique, ce qui favorise les actions des groupes écologistes qui tentent de combattre cette pratique.

Une maigre consolation, quand on sait que près de 600 baleines ont été tuées lors de la dernière période de chasse. Et même si la baleine n'est pas en voie d'extinction, comme le prônent les défenseurs de la chasse, près de 300.000 mammifères marins meurent tous les ans à cause de l'homme, dans des accidents de pêche ou des collisions.

Par Mickael
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.