Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

La France va agir contre l'échouage des dauphins sur ses côtes

La France va agir contre l'échouage des dauphins sur ses côtes

La France réagit face aux incessants échouages de dauphins sur ses côtes et annonce des mesures pour renverser la tendance qui n'a fait qu'augmenter depuis 2017.

Si les dauphins ne font pas encore partie des espèces en voie d'extinction, ça ne saurait tarder. Rien qu'en France, l'Observatoire Pelagis a recensé plus de 1.100 dépouilles de dauphins sur sa côte Atlantique entre janvier et fin mars 2019. C'est 400 victimes de plus que l'année d'avant et au final, l'hiver 2018-2019 est actuellement considéré comme le plus meurtrier de tous. Chaque année, on estime que ce sont 6.500 dauphins qui trouvent la mort sur tout le littoral français, la plupart victimes collatérales de la pêche.

Face à cette hécatombe, le ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, François de Rugy, a déclaré en mars 2019 que des mesures opérationnelles seront déployées d'ici à la fin de l'année pour limiter les dégâts. En visite justement à La Rochelle, à l'Observatoire Pelagis, il a annoncé une dotation de 100.000 euros à l'Observatoire, une allocation qui vient s'ajouter aux 300.000 euros dont ce dernier bénéficie déjà. L'objectif : renforcer les moyens de l'organisme pour parvenir à une "analyse complète et approfondie" du phénomène.

En cela, François de Rugy a soulevé plusieurs pistes à creuser, comme les sanctuaires marins et le pinger, un répulsif acoustique actif qui dissuade les dauphins d'approcher de trop près des dispositifs de pêche. Selon les pêcheurs qui l'utilisent depuis 2005, il a fait diminuer de 60% les captures accidentelles, un chiffre confirmé par les chercheurs. Il ne s'agit pourtant là que de résultats partiels et il faudrait, selon l'Observatoire Pelagis, une meilleure connaissance des pratiques du secteur avant qu'on puisse en tirer des conclusions utiles.

Heureusement, la filière pêche est consciente de ses responsabilités et travaille avec l'Ifremer dans la mise au point d'une nouvelle génération plus efficace de pingers et dans le développement de balises de filets, des dispositifs passifs censés aider à éloigner les dauphins. Participant au projet Licado (Limitation des captures accidentelles de dauphins), elle va notamment tester ces nouveaux dispositifs pendant 3 saisons de pêche pour aider les scientifiques à parfaire leur connaissance et ainsi affiner le futur plan global du ministre.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.