Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

L'acidification des océans aurait déjà causé une extinction de masse

L'acidification des océans aurait déjà causé une extinction de masse

C'est confirmé, les océans ont bien connu une période de forte acidification il y a 66 millions d'années et le processus aurait même entraîné une grande extinction. Une découverte qui n'augure rien de bon quant à l'actuelle acidification que subit l'océan global.

Ces révélations sont ressorties des travaux menés par des chercheurs de l'université américaine de Yale. Pour parvenir à ces conclusions, l'équipe s'est penchée sur des fossiles de foraminifera planctonique, un zooplancton exceptionnellement abondant sur Terre depuis des centaines de millions d'années.

En analysant leurs coquilles, notamment en mesurant les traces d'isotopes de bore qu'elles contiennent, les chercheurs sont parvenus à relever les changements de pH de l'océan au Crétacé-Paléogène. Ces relevés, additionnés à des simulations reproduisant les conditions environnementales d'alors, ont montré que ce n'est pas l'impact d'une météorite géante qui a causé la fin des dinosaures. L'événement a certes empiré les conditions de vie (séismes, absence de soleil, éruptions volcaniques, etc.), mais c'est plutôt l'acidification des océans qui est à blâmer.

La somme des cataclysmes provoqués par l'astéroïde a en effet provoqué de fortes pluies acides qui, au fil des siècles, ont acidifié les océans. Le plancton, base de la chaîne alimentaire, a alors commencé à disparaître : le zooplancton ne pouvait plus produire de coquille calcaire, tandis que l'acidité a diminué la biodisponibilité du fer, essentiel au phytoplancton.

L'extrême raréfaction du plancton a entraîné celle des espèces qui s'en nourrissaient et, par effet domino, celle d'autres espèces située au-dessus dans la chaîne alimentaire. Cela mena à une extinction de masse, faisant disparaître 75% de la vie terrestre et marine.

Aujourd'hui, l'acidification des océans n'est pas due à des pluies acides mais au C02, le principal gaz à effet de serre rejeté par les activités humaines. L'océan est en effet une "pompe" à gaz carbonique, mais plus il en absorbe, plus il devient acide.

Si rien n'est fait, le pH des océans devrait baisser de 0,4 unité par rapport à son niveau normal d'ici 2100. Or, selon les chercheurs, l'extinction de masse qu'ils ont étudiée a été causée par une baisse de... 0,25 unité. Voilà qui donne à réfléchir.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.