Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Inde : des plages envahies par une étrange mousse blanche

Inde : des plages envahies par une étrange mousse blanche
Photo: AFP

Vers la fin du mois de novembre 2019, une étrange mousse blanche a envahi un célèbre littoral indien. Une mousse immaculée qui a fait le bonheur des enfants malgré sa nocivité avérée.

L'histoire se passe dans le sud-est de l'Inde, dans la ville de Chennai, capitale de l'état du Tamil Nadu. Cette ville côtière possède la plus longue plage urbaine d'Inde, Marina Beach, longue de 13 km. C'est un lieu de rendez-vous très populaire pour les habitants et les touristes, mais qui, soudainement, a été le théâtre d'un événement étrange : une mystérieuse mousse blanche a recouvert son sable sur plusieurs kilomètres, noyant le littoral sous un épais duvet blanc.

D'une blancheur éclatante, la mousse se formait dans les rouleaux du ressac, telle une écume extravertie venant déborder sur la plage. Pour ne rien arranger, le vent de mer s'en est aussi mêlé, en en favorisant la naissance dans les vagues et en en charriant même à l'intérieur de la plage.

La mousse a été si bien entretenue qu'elle montait par endroit à mi-genoux. Une invitation à s'amuser que les enfants n'ont pu s'empêcher d'accepter. Certains se sont ainsi mis à patauger dedans, quand d'autres ont carrément joué à s'allonger en dessous. Or cette mousse, qui dégageait déjà une odeur acide, était loin d'être anodine.

Selon le Dr Pravakar Mishra du Centre national de recherche côtière de la ville de Chennai, ce phénomène a pour origine la pollution marine. Des résidus de détergents se seraient mélangés à d'autres types de pollution comme les rejets industriels, évidemment, mais aussi les eaux usées de la ville. Chennai est une agglomération de 7 millions d'habitants et seuls 40% de ses eaux usées sont traités. Le reste part donc dans les égouts, direction la mer.

La mousse, qui a envahi plusieurs kilomètres de littoral, était donc le produit d'un mix chimique et ceux qui s'y sont exposés encourent des problèmes dermatologiques plus ou moins graves. Reste que cet événement n'est qu'un des symptômes de plus en plus récurrents d'un problème plus vaste en Inde et que le gouvernement commence à peine à remarquer : la pollution en général et celle de la mer en particulier.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.