Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Green turtle, le robot qui mange le plastique en mer

Green turtle, le robot qui mange le plastique en mer

Les étudiants de l'Estaca, une école d'ingénieurs de Laval, ont décidé de s'inspirer de la tortue pour créer un robot capable de détecter, de manger et de rapporter le plastique qu'il trouve dans les eaux.

C'est en partant du constat dramatique que 8 millions de tonnes de plastique s'échouent chaque année dans les mers et les océans, qu'un groupe d'étudiants de 3ème et 4ème année de l'ESTACA (l'École supérieure des techniques aéronautiques et de construction automobile) s'est mis en tête de créer un robot, capable d'aider à nettoyer les eaux polluées. Après les barrières de dérivation, voici donc la tortue robot.

Leur Green Turtle est une tortue mécanique qui reprend l'agilité de ces reptiles marins, leur capacité à faire du sur-place, leur résistance physique pratique pour contenir des déchets et l'absence de prédateurs dans les ports où le robot devrait être utilisé. De plus, l'idée de la tortue comme modèle prend également la forme d'une revanche pour ces animaux marins, puisque 75 % des tortues de mer ingurgitent du plastique. Ce robot le ferait intentionnellement, pour la bonne cause.

Équipé d'articulations qui lui permettent de se déplacer comme une vraie tortue, d'un système de propulsion et de motorisation, et enfin d'une bouche destinée à récolter les déchets, l'engin écologique peut donc sonder et avaler les détritus plastiques pour ensuite les rapporter sur la terre ferme, où ils seront traités.

Afin que l'appareil puisse détecter les déchets, les jeunes ingénieurs ont misé sur le lidar, un système de sonar laser qui repose sur la lumière et qui lui permet de comprendre son environnement. La Green Turtle pourra avancer à une vitesse de 6 km/h, descendre jusqu'à 20 mètres de profondeur et collecter jusqu'à 50 litres de déchets avant de regagner sa base et de déverser les objets polluants. Elle devrait avoir la même taille qu'une tortue de mer adulte, à savoir 1 mètre de long pour 2 mètres de large.

Une belle idée pour prendre soin de l'environnement, qui aurait dû se matérialiser dès le mois de septembre 2020 mais qui a été retardée à cause de la crise sanitaire mondiale. Le premier prototype de Green Turtle, fabriqué avec l'appui d'une entreprise allemande spécialisée en bio-robots et en biomimétisme (Festo), pourrait pointer le bout de ses nageoires dès l'été 2021.

Par Mickael
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.