Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Des plages françaises fermées pour cause de cocaïne

Avec des pains entiers de cocaïne venant s'échouer sur leurs littoraux, plusieurs communes françaises ont décidé de fermer leurs plages pour éviter que les sacs ne soient récupérés.

C'est une drôle de marée qui déferle sur les côtes atlantiques françaises depuis la moitié du mois d'octobre 2019 : de la cocaïne, pure à 83 %, qui s'échoue sur les plages par paquets, voire par ballots.

Le premier pain répertorié de cette invasion a été découvert sur une plage de la commune de Saint-Jean-de-Monts, en Vendée. Un pain de 1 kilo annonciateur de beaucoup d'autres : de Pornic (Loire-Atlantique) à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), la cocaïne a littéralement déferlé sur 5 des côtes françaises, à savoir la Côte de Lumière, la Côte des fleurs, la Côte de beauté, la Côte d'argent et la Côte basque.

Depuis, policiers et douaniers patrouillent les bords de mer pour repêcher les paquets qui ne cessent d'arriver de plus en plus vite du large. Au dernier décompte, communiqué par le procureur de Rennes, ce sont 872 kg de cocaïne qui ont ainsi pu être récupérés. C'était le 12 novembre. Quatre jours plutôt, ce décompte était à 763 kg.

En conséquence, pour éviter que des badauds ne soient tentés par cette marée blanche, cinq communes ont fermé leurs plages au public. Ce sont celles de Hourtin, Lège-Cap-Ferret, Le Porge, Lacanau et Neujac. Cela n'a pourtant pas empêché plusieurs personnes de tenter une drôle de pêche à pied, de jour comme de nuit. Et puis, la longueur de la bande côtière touchée rend la tâche plutôt ardue pour les autorités.

Si l'origine de toute cette drogue reste mystérieuse, la gendarmerie maritime privilégiant pour l'instant la thèse d'un largage et d'une récupération en mer ratés, les dangers qu'elle représente, eux, sont bien réels. Déjà, la grande pureté de la cocaïne laissera des marques prononcées sur l'organisme de celui qui sera tenté de la consommer, sans compter le risque augmenté d'overdose.

Ensuite, rien que le transport de cette "trouvaille" lui fera courir un risque légal : à Lacanau, un jeune homme de 17 ans pris avec 5 kg de cette cocaïne risque maintenant 10 ans de prison pour « transport et détention de stupéfiants ». Il avait fait le déplacement depuis Toulouse pour l'occasion…

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.