Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Des empreintes préhistoriques découvertes sur une plage normande

Chaque année depuis 2012 et pendant 3 mois, le site archéologique du Rozel, dans la Manche, ouvre ses portes aux chercheurs et aux archéologues afin qu'ils puissent poursuivre les fouilles sur cette plage normande exceptionnelle.

Ce site paléolithique de plus de 80.000 ans a été découvert par hasard en 1967 et les premières fouilles ont été réalisées dans un petit abri de 4m2 désormais fermé. Ce n'est qu'en 2012 que la zone a été ouverte à des fouilles de sauvetage, car la marée et l'érosion menaçaient les trésors qu'elle cache.

Comme en témoigne l'étude qui vient d'être publiée dans la revue scientifique américaine Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), 257 empreintes de pas néandertaliennes ont été découvertes à Rozel entre 2012 et 2015, alors que l'ensemble du territoire européen n'en compte que... 9 ! Ces dernières se trouvent en France, en Grèce, à Gibraltar et en Roumanie.

C'est une chance inouïe pour les archéologues d'en apprendre plus sur les us et coutumes des hommes du paléolithique, puisqu'en plus des empreintes, des outils ont été sortis de la terre. Les chercheurs parlent de véritable miracle, car ce type d'empreintes est généralement voué à disparaître très rapidement. Sur cette plage normande, elles sont restées intactes grâce au sable et à la boue qui les a recouvertes, ce qui a permis leur longue conservation. La plupart d'entre elles ont été photographiées et modélisées en 3D, pour les conserver et éventuellement les exposer dans des musées d'histoire naturelle.

Ces fouilles ont déjà permis de savoir que le groupe de Néandertal se composait d'une dizaine d'individus, principalement des enfants et des adolescents, mais quelques adultes en faisaient également partie. Une des empreintes appartiendrait à un homme d'environ 1m90, véritable géant pour l'époque.

Ces découvertes, auxquelles s'ajoutent plusieurs centaines de nouvelles empreintes mises à jour ces 2 dernières années, lèvent certains mystères et en amènent d'autres. Où se trouvaient les autres adultes ? Est-ce que les néandertaliens mouraient très jeunes, ce qui expliquerait cette absence ? Une chose est sûre, le site archéologique du Rozel n'est pas près d'avoir révélé tous ses secrets.

Par Mickael
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.