Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Des animaux plus vrais que nature sculptés dans le sable

Des animaux plus vrais que nature sculptés dans le sable

Avec un talent hors du commun, un artiste peuple les plages du Pays basque d'animaux de sable tellement réalistes qu'on les jurerait vivants.

Andoni Bastar­rika est un sculpteur sur sable et autant vous le dire d'emblée, il possède un talent fou. Loin, très loin des pâtés de sable que nous bâtissons sueur au front, sous l'œil défiant de la petite dernière qui nous a demandé un château de princesse - "Si, si, ma chérie, tu as vu, il y a même un pont-levis" -, les œuvres d'Andoni Bastar­rika laissent tout simplement coi. Ici, un requin blanc semble piégé sur le sable ; là, un bébé rhinocéros se repose ; ailleurs, un cheval est couché sur le flanc, l'air songeur. Tous sont faits de sable et révèlent un niveau de détails si poussé qu'ils en ont l'air vivant.

Affinant son art depuis 2010, Andoni Bastar­rika a découvert la sculpture sur sable par hasard. Tout a commencé lorsqu'il a voulu faire une sirène de sable à ses deux petites filles. La sculpture allant, il s'est petit à petit découvert non seulement une passion pour le sand art, mais a aussi commencé à cultiver ce qui allait devenir une admiration sincère envers le règne animal. Ses œuvres éphémères sont ainsi un hommage à la majesté et à l'esprit libre des animaux, chose qui, semble-t-il, passe par le modelage de sculptures de sable plus vraies que nature.

Pour arriver à un tel résultat, l'artiste avoue n'utiliser que des outils simples pour façonner le sable humide : une plume, un bâton pointu et ses mains. Pour insuffler vie à ses créations ensuite, que ce soit un crocodile, une pieuvre ou un taureau, le secret résiderait selon lui dans la physionomie qu'il va leur léguer. Ce sera alors de cette expression que naîtra leur authenticité. Pour les couleurs enfin, rien d'extravagant là encore, avec de la cendre ou de la simple poudre colorée, parfois de la glace pilée. Au final, 12 heures de travail auront été nécessaires pour sculpter le cheval cité plus haut, 2 jours pour un éléphant hilare, émergeant à demi du sable.

Pour découvrir les sculptures de sable d'Andoni Bastarrika, vous pouvez soit visiter son compte Instagram, soit arpenter les plages du nord de l'Espagne au petit bonheur la chance, ou encore vous rendre au centre Ekoetxea Urdaibai (dans la région espagnole d'Urdaibai) qui l'invite de temps à autre pour exposer ses créations.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.