Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Tsunami : la menace d'une vague

Aussi calmes qu'ils puissent paraître, les océans n'en sont pas moins une force de la nature avec laquelle il nous faut composer. II arrive d'ailleurs qu'ils nous le rappellent avec de grosses vagues capables d'engloutir une ville entière : un tsunami.

Tsunami : la menace d'une vague
Photo: Petra Bensted

Le tsunami est une succession de vagues provoquée par le mouvement d'un grand volume d'eau. Gagnant en hauteur à mesure qu'elles se rapprochent des côtes, elles viennent les frapper avec une force plus ou moins importante selon leur cause. Les dégâts causés peuvent être considérables, les tsunamis étant l'une des catastrophes naturelles les plus dévastatrices sur Terre.

La formation du tsunami

Un tsunami se forme après un séisme sous marin, un énorme glissement de terrain côtier, ou encore, comme durant le Crétacé-Tertiaire, par une météorite tombée dans l'océan.

Seuls les séismes d'une magnitude de 6,3 ou plus engendrent un tsunami, et plus cette magnitude sera élevée, plus le tsunami sera destructeur. Ce séisme peut être provoqué soit par le glissement de plaques tectoniques soit par une activité volcanique sous-marine. Le mouvement des plaques entraîne une déformation du fond marin et le retrait du niveau de l'eau. Sous l'effet de la gravité, le retour à l'équilibre se fait de manière brusque et crée de puissantes ondes océaniques. Par conséquent, une baisse rapide et importante du niveau de la mer est une indication de la génération d'un tsunami.

Un tsunami peut se produire dans n'importe quelles régions océaniques du monde. Cependant, il a surtout lieu dans les zones de subduction où une plaque océanique s'enfonce dans une plaque continentale et où les générations d'éruptions volcaniques sont conséquentes. Comme dans l'océan Pacifique. Dans de telles zones, le foyer du séisme est peu profond et les ondes océaniques générées sont alors très puissantes.

Tsunami

Les conséquences d'un tsunami

La hauteur d'une vague de tsunami est de quelques décimètres en plein océan, pour atteindre la dizaine à la trentaine de mètres une fois la côte atteinte. Son passage peut durer 10 à 30 minutes, voire une heure, avec des phases de flux et de reflux. La puissance d'un tsunami peut être telle qu'il détruira toutes structures proches des côtes : habitations, ponts, installations portuaires, mais aussi voitures, trains, etc. Il peut également emmener à terre des bateaux comme de gros chalutiers.

Un tsunami est particulièrement meurtrier, tuant par noyade et par choc, lorsque les malheureux qu'il submerge se heurtent violemment aux débris qu'il charrie. Les reflux sont également dangereux pour les survivants qui sont alors emportés en pleine mer où ils périssent de soif ou d'épuisement s'ils ne sont pas secourus à temps.

L'après-tsunami fait également des victimes puisque, faute d'eau potable, de nourriture et de soins, les survivants sont loin d'être tirés d'affaire. S'y ajoutent la putréfaction des cadavres et l'arrivée des maladies, en plus de la perte des récoltes et/ou du bétail qui installe une insécurité alimentaire à long terme. Enfin, inutile de le préciser, un tsunami a un effet économique désastreux sur une localité, voire à l'échelle d'un pays.

Tsunami

Quelques tsunamis marquants

Des tsunamis, il y en a plusieurs tous les ans et heureusement, tous ne sont pas meurtriers. Le dernier tsunami le plus notable a été celui du 11 mars 2011 au Japon (voir photo ci-dessus). Provoquées par un séisme sous-marin d'une magnitude de 9 (dont l'épicentre était juste à 130 km du littoral japonais), des vagues de 30 mètres par endroit frappent 600 km des côtes Pacifique du Japon. Le tsunami a pénétré jusqu'à 10 km à l'intérieur des terres, faisant plus de 16.000 victimes ou disparus, et 210 milliards de dollars de dégâts. Une vague de 14 mètres a quant à elle heurté la centrale nucléaire de Fukushima avec les conséquences très médiatisées que l'on connaît.

Le 26 décembre 2004, un tsunami provoqué par un séisme sous-marin d'une magnitude de 8,9 a déferlé sur plusieurs pays de l'océan Indien. Cette fois encore, les vagues auraient atteint 30 mètres de hauteur à certains endroits et ont fait 225.000 victimes en Indonésie, en Inde, en Thaïlande et au Sri Lanka. L'épicentre du tremblement de terre se situait très près de la pointe nord-ouest de l'Indonésie, au-dessus de l'île de Sumatra, mais le tsunami est allé jusqu'en Afrique où les vagues, quoi qu'essoufflées, ont noyé un homme au Kenya, rejeté des fûts de déchets toxiques jetés en mer sur le littoral somalien, et fait disparaître de nombreux pécheurs au large.

Photos : Ben Salter / Sadatsugu Tomizawa

Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.