Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Oursins : attention les pieds !

Les petites bêtes ne manquent pas sur la plage et certaines ont le chic pour gâcher une journée de vacances. Parmi elles, les oursins, de jolies petites boules qui ne manquent pas de piquant. Sachez prévenir autant que... guérir !

L'histoire est souvent la même : on nage tranquillement en mer et l'envie nous prend de jauger de la profondeur en cherchant le fond avec les pieds. S'ensuit alors une vive douleur, comme si on avait marché sur du verre. Une variante : la promenade sur un rocher et la sombre idée de mettre un pied dans l'eau pour tester la température. Dans tous les cas, si vous hurlez à en réveiller les mouettes, vous venez probablement de marcher sur un oursin.

Un petit animal tranquille

En théorie, ce petit invertébré ne vous veut aucun mal. Mais comme beaucoup d'animaux (du tigre à l'être humain), il déteste qu'on lui marche dessus. Et comme il est naturellement équipé pour se défendre contre les éventuels prédateurs, vous avez fait les frais de son anatomie.

Car l’oursin possède une sorte de carapace recouverte de piquants, appelés radioles. Cette petite boule d’épines, appelée aussi "hérisson des mers", vit dans les fentes rocheuses et les fonds sableux des côtes méditerranéennes et atlantiques. Il se sert aussi de ses piquants articulés pour se déplacer, saisir sa nourriture et adhérer aux parois verticales de certains rochers submergés par les vagues. En revanche, il ne sait pas nager.

J'ai beau être matinal, j'ai mal

Cette particularité physique rend ce petit animal particulièrement dangereux pour nos pieds. Car bien qu’il ne soit pas (ou rarement) venimeux, marcher sur un oursin est inévitablement douloureux : une multitude de fines épines s’incrustent dans la peau et rendent la marche difficile. D'autant que les piquants se fragilisent et se morcellent dans la plaie. L'autre source de douleur est que ces fameux piquants possèdent des micro-dentelures qui, une fois plantés dans la chair, les rendent difficiles à enlever. Mais aucun poison ne vous sera injecté.

L'oursin le plus dangereux est une espèce tropicale, appelée oursin fleur. Cet animal, qui peut faire jusqu'à 15 cm de diamètre, aime les lagons coralliens du Pacifique et de l'océan Indien. Il sécrète une toxine dont on ne connaît pas de contre-poison et qui terrasse un homme en moins d'une heure. On dit même qu'une simple caresse peut s'avérer mortelle.

Réaction face à une attaque d'oursin

Pour ce qui concerne l'oursin commun, le vieux remède qui consiste à uriner sur la plaie pour soulager la douleur est une légende sans fondement. Devant une telle blessure, il faut s’armer d’une pince à épiler afin de retirer, une à une, toutes les épines de la plaie, très délicatement, jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien.

Ensuite, le risque d’infection étant important, désinfectez la plaie et évitez la baignade pendant au moins trois heures. Les restes de piquants cassés seront dissous par votre organisme en quelques jours. Il est même possible que les plus gros morceaux soient expulsés naturellement de la chair après quelque semaines.

Pour éviter ce genre de désagrément, soyez attentif où vous mettez les pieds ou alors optez pour une jolie paire de sandales en plastique qui vous rappellera les années 70.

Prochain rendez-vous à table

Après avoir soigné votre pied, vous n’aurez plus qu’à vous venger en commandant le soir même un plateau de fruits de mer, garni d’oursins : on y déguste le corail cru (qui n’est autre qu’une glande sexuelle, soit dit en passant). La "châtaigne de mer", comme l'appellent les gastronomes, est un mets très apprécié sur la côte méditerranéenne.

Plusieurs espèces sont consommées, comme l'oursin violet, l'oursin vert, l'oursin grimpeur ou l'oursin rouge géant. Après avoir découpé la carapace (appelée test), on déguste donc les 5 glandes dénommées gonades. D'un goût prononcé, très iodé, elles se mangent crues, avec une goutte de citron et du pain beurré. On retrouve ainsi l'oursin sur toutes les tables du monde, mais c'est au Japon qu'il fait fureur : 97% du marché international.

Si vous souhaitez organiser une expédition punitive, il est possible de ramasser soi-même les oursins (à conditions de s'équiper de gants pour ne pas revivre la même aventure avec les mains). Attention toutefois, en France, la pêche est interdite de mai à septembre, pour favoriser la reproduction.

Et si vous n'êtes pas branché fruits de mer, mais que le désir de vengeance sommeille toujours en vous, dites-vous que les oursins constituent la nourriture d'autres animaux, comme la loutre de mer, le homard, certains crabes et même certaines étoiles de mer.

Par Guillaume DaveluyMis à jour le 21/06/2018
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

1 commentaire

Voilà comment on fait aux antilles

par Micoulaou, le 29/11/2014

Bonjour, alors voici mon avis, personnel bien sûr, et qui vaut ce qu'il vaut... J'habite aux antilles, et les piqûres d'oursin, je connais. Et pour être de métropole, je peux vous dire que les oursins des caraïbes, c'est un autre niveau de douleur que ceux des mers d'europe. C'est ultra douloureux. Enlever les épines d'oursin je dis oui uniquement si on a le matériel nécessaire sous la main (pince à épiler) sinon ce n'est pas la peine, la seule chose que l'on va faire c'est d'enfoncer encore plus les épines et les casser dans la chair. Je dis oui si on essaie de les retirer dans l'heure qui suit la piqûre. Ensuite, les épines pénètrent trop profondément en marchant, et la peau se referme très vite. Ne charcutez surtout pas la peau avec des aiguilles, cutters, etc. Pour les sortir. C'est douloureux au point de s'évanouir, et à moins d'un gros coup de chance, vous n'y arriverez pas: les épines vont continuer à s'enfoncer, et il faudrait carrément enlever un morceau de chair au final... Donc, pour moi, si les épines ne sont pas enlevées très rapidement, après, c'est trop tard. On va les laisser, et de toute façon, dites vous qu'elles vont se désintégrer toutes seules. Ici aux antilles voici les techniques que l'on utilise le plus fréquemment: 1) si les aiguilles ne sont pas encore trop enfoncées, on fait couler de la cire chaude sur les piqures afin de faire sortir les épines en retirant la cire séchée. 2) si elles sont trop enfoncées, on urines sur les piqûres. Le mieux c'est de pisser plusieurs fois dans une bassine et d'y laisser tremper les pieds régulièrement le plus longtemps possible. L'urine va pénétrer la peau et désintégrer les épines. 3) au lieu de l'urine, on peut laisser les pieds tremper dans du vinaigre qui désintègrera les épines. Il faudra alors utiliser un désinfectant au cas ou, car contrairement à l'urine, le vinaigre n'est pas antiseptique. ==> dans tous les cas, si les épines sont bloquées, évitez, contrairement à ce qui est dit, de mouiller vos pieds. Quand ils sont mouillés, la peau s'assouplit et les aiguilles cherchent à ressortir, ce qui provoque de la douleur. Il vaut mieux garder les pieds secs et laisser les trous se refermer avec les épines. La peau va vite durcir et vous verrez des points noirs coincés sous votre peau (les épines) mais vous ne sentirez plus rien. Au bout de plusieurs jours, les points noirs disparaitront.

Vous aussi, donnez votre avis !

Il vous reste caractères.