Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Les requins font leur cinéma

Malgré une réalité qui est toute autre, les requins ont longtemps été caricaturés au cinéma. Il faut dire qu'une grande gueule et des dents acérées, ça n'inspire pas forcément la sympathie. Voici donc une petite compilation de films, histoire de voir comment, en un demi-siècle, le cinéma a monté un mythe de toutes pièces.

Les requins font leur cinéma
Photo: Le tournage des Dents de la Mer

Vicieux, calculateur et mortellement intelligent, à en croire Hollywood, le requin est LE prédateur alpha. Encore heureux qu'il soit cantonné aux mers et océans (quoique, vous allez le voir, rien n'arrête l'imagination). Nous vous proposons donc de débrancher un instant votre cerveau et de faire un tour de l'autre côté de l'écran pour voir à quel point notre vision de cet animal a été déformée au nom du divertissement (et du nanar).

Les Dents de la mer (1975)

Classique du genre, l'histoire des "Dents de la mer" tourne autour d'un énorme requin blanc mangeur d'hommes qui chasse les baigneurs de l'île touristique d'Amity. Celui-ci est fort, entêté et profite soit de l'incrédulité, soit de la bêtise des personnages pour les dévorer. Jusqu'à ce que les héros ne le tuent, cela va de soi. Il s'agit pourtant d'un thriller excellemment bien réalisé (par Steven Spielberg bien sûr), chose qu'on ne peut pas dire des 3 suites du film.

Peur bleue (1999)

Quand on modifie génétiquement des requins, ça donne quoi ? Des monstres sournois assoiffés de vengeance, pardi ! Au programme donc, des squales mangeurs d'hommes et des situations ubuesques au sortir desquelles plusieurs protagonistes humains finiront dans leur estomac.

Open water : En eaux profondes (2004)

Un couple part aux Bahamas pour des vacances bien méritées et se retrouve oublié au beau milieu de l'océan. Les requins ne sont jamais bien loin dans ces cas-là, n'est-ce pas ? Nous ne spoilerons donc pas l'intrigue en disant que de la viande est au menu.

Shark in Venice (2008)

Un homme à la recherche de son père manque de se faire avaler tout rond par un requin dans un canal de Venise et découvre... un trésor caché. S'ensuivent ensuite une petite amie kidnappée et tout un imbroglio avec la mafia (logique, en Italie). Quant à savoir ce que fait un grand blanc là, mystère et boules de gomme.

The reef (2009)

Après un naufrage, un groupe d'amis décide de rejoindre l'île qu'ils ont quittée plus tôt à la nage. Beaucoup n'en survivront évidemment pas, la faute à un requin prédateur qui les prend en chasse. Le film est inspiré de faits réels, mais faute de comparaisons avec les témoignages, le spectateur ne sait pas où s'arrête la réalité et où commence la fiction.

Dark tide (2012)

Une spécialiste des requins, traumatisée par la mort de son mentor dévoré par un grand blanc, refuse depuis de retourner nager parmi eux. Elle se laisse en revanche convaincre lorsque des raisons plus capitalistes sont mises sur la table et la voici donc de nouveau à l'eau avec un businessman et des squales. Évidemment, ça va vite partir en sucette.

Instinct de survie (2016)

Une surfeuse se fait courser par un énorme grand blanc et échoue sur un îlot à 200 m du rivage. S'ensuit alors un jeu du chat et de la souris entre une belle et vive surfeuse (Blake Lively) et un requin hyper intelligent qui veut évidemment la boulotter. En soi, le film est une réussite, bien réalisé et interprété comme il faut. Dommage qu'il se méprenne autant sur le caractère d'un requin.

Et ce n'est pas tout. Nous vous avons évité les Sand Sharks (mettant en scène des requins préhistoriques capables de se mouvoir dans le sable...), Avalanche sharks : les dents de la neige (un autre requin préhistorique qui se meut dans la neige), Ghost Shark (oui, oui, un requin fantôme !) et, le plus célèbre de tous les nanars mettant en scène des requins, Sharknado ou quand des requins embarquent dans une tornade pour attaquer la terre ferme... Tous ces films, navets ou pas, ont un point commun : ils décrivent le requin comme un prédateur vicieux, mangeur d'hommes et qui, en plus, se plaît à l'être. Un pitch qui est évidemment très loin de la réalité !

>> A lire aussi : L'homme et le requin : qui mange qui ?

Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.