Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Les océans sont plus acides par l'absorption de CO2

Les océans sont une "pompe" à CO2 naturelle, mais une récente étude a mis en évidence que cette capacité avait un coût : à force d'absorber le CO2 rejeté par l'activité humaine, les océans subissent une accélération de leur acidification.
Les océans sont plus acides par l'absorption de CO2

Les océans ont largement contribué à ce que la quantité de gaz à effet de serre présents dans l'atmosphère ne soit pas aujourd'hui à des sommets encore plus alarmants. Nous savons que les activités anthropiques, à savoir tout ce qui touche les activités humaines comme le transport ou encore l'élevage, génèrent du gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique. C'est le cas du CO2 ou gaz carbonique. Heureusement, une partie de ce CO2 est absorbée par les plantes et une plus grande partie encore, 30%, est pompée par les océans.

Deux façons d'absorber le CO2

L'absorption du gaz carbonique par les océans s'effectue de deux manières :

> Par la dissolution du gaz directement dans l'eau, une dissolution permise par le mouvement de l'eau et l'agitation en surface. Par convection ensuite, le CO2 dissous est emporté au fond de l'océan où il restera stocké.

> Par l'absorption du carbone du CO2 par le phytoplancton. Lorsque ces organismes ou ceux qui les auront mangés meurent, le carbone qu'ils ont emmagasiné tombera alors avec eux dans les profondeurs où il restera également stocké.

Conséquences du stockage du CO2 au fond des mers

L'avantage est qu'une fois le gaz carbonique emprisonné en profondeur, il ne pourra plus contribuer au réchauffement climatique. L'inconvénient est que le processus engendre des réactions chimiques qui diminuent progressivement le pH de l'eau. En résumé, les océans s'acidifient au fur et à mesure qu'ils pompent le carbone !

Mais ce n'est pas tout. Une équipe internationale, dirigée par le professeur Nicolas Gruber de l'École polytechnique fédérale de Zurich, a mené une étude sur le sujet et a découvert qu'avec l'augmentation des émissions de CO2 anthropiques, la quantité de CO2 pompée par les océans augmente également. Cela signifie que plus les activités humaines vont s'intensifier, plus le phénomène d'acidification des océans va s'amplifier.

Pour rappel, des eaux acides sont fatales à beaucoup d'espèces marines comme les coraux, les mollusques (moules, huîtres, etc.), les Echinodermes (étoiles de mer, concombres de mer, etc.), ainsi qu'à tout animal possédant une carapace, une coquille ou un exosquelette en carbonate de calcium. En effet, ce composé se dissout facilement en milieu acide et les larves ne peuvent y synthétiser leurs coquilles. Résultat, c'est un désastre écologique et économique annoncé si rien n'est fait.

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 28/06/2019
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.