Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Les lagons, entre environnement et tourisme

Les lagons font rêver le touriste en quête de calme et de dépaysement, plus encore que les belles plages de sable fin. Mais les reléguer à un simple lieu touristique ne serait pas leur faire honneur. Les lagons représentent un écosystème fragile et important pour la vie marine. Il est essentiel de les protéger.
Les lagons, entre environnement et tourisme
Photo: Jean-Paul Mutz

Un lagon est une étendue d'eau salée, séparée de la haute mer par un banc de sable bas ou par un récif de corail. On parle aussi de lagon lorsque que cette étendue d'eau se trouve à l'intérieur d'un atoll. Il est typiquement peu profond, entre 50 cm et 1 mètre 50 de profondeur.

Une oasis de vie

En plus d'être d'une rare beauté, un lagon accueille une multitude d'êtres vivants : c'est un ballet incessant de vie sous marine qui impressionne par sa diversité. Un lagon bien peuplé peut accueillir 4000 espèces de poissons et 6000 espèces de crustacés, sans compter les coraux, les mammifères, reptiles et tortues de mer.

Le fond d'un lagon est généralement recouvert de plantes à fleurs, de "thalassia testudinum" plus précisément. Celle-ci, plus connue sous le nom d'herbe à tortues, forme de vastes prairies vertes sous-marines. Les thalassia sont souvent accompagnées de "Syringodium filiforme", communément appelée herbe à lamantins. On y croise généralement des oursins, des lambis et autres invertébrés, évoluant en compagnie de poissons comme les gorettes grises dont le vert des écailles permet de se camoufler efficacement dans l'herbier.

Les lagons, un écosystème vital

Le lagon protège et nourrit à la fois sa foisonnante population. Il offre aux alevins une relative protection contre les prédateurs du grand large et leur permet de grandir en leur fournissant une biomasse conséquente de plancton.

Le lagon est aussi un havre de paix pour les tortues qui peuvent y évoluer en toute sécurité, flânant près des récifs ou près des herbiers où elles se nourrissent de crustacés et d'éponges de mer. Les herbiers, quant à eux, constituent un important stock de nourriture pour les animaux herbivores du récif, dont les tortues elles-mêmes. Leurs racines piègent les sédiments et contribuent à stabiliser le sol malmené par les courants marins, constituant ainsi un abri pour les petits êtres vivants marins qui peuvent s'y reproduire. Certaines espèces s'en servent même comme d'une nurserie !

Une place à part dans l'économie

La beauté et l'extraordinaire transparence des lagons font leur succès auprès de vacanciers. Ils attirent par leurs eaux chaudes, leur biodiversité mais surtout par la sécurité qu'ils offrent : séparées de la haute mer par une barrière de corail, les eaux des lagons sont le plus souvent exemptes de requins et d'invasion de méduses.

On y pratique donc du kitesurfing en toute insouciance, de la plongée sous-marine, du snorkeling, et bien d'autres activités de loisirs. Étant un important vivier de poissons, les lagons peuvent aussi être une source de revenus pour les pêcheurs artisanaux.

Toutes ces activités humaines ont cependant de mauvaises répercussions sur l'écosystème des lagons : la surpêche locale ne laisse plus le temps aux réserves de se reconstituer et les loisirs maritimes polluent les sites. La mise en place d'une vraie politique de gestion de ressources devient ainsi capitale. Heureusement, les pays se rendent peu à peu compte de l'importance des lagons et s'attellent progressivement à créer des réserves naturelles.

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 09/06/2014
Pour recevoir la newsletter

Autour du même thème

    1 commentaire

    Le joyau du lagon est une perruche

    par Jean-paul, le 22/11/2016

    Vous avez choisis ma photo du lagon bleu de rangiroa pour illustrer votre article. Excellent choix. La biodiversité y est dans un équilibre précaire mais certaines espèces sont encore visibles comme par exemple le vini péruvien, petite perruche locale de couleur bleu et blanche. Le lori nanette autrefois dans toute la polynésie n'habite plus qu'ici... Fautes aux rats noirs et aux activités humaines... à voir ici https://flic.kr/p/ag4rs3

    Vous aussi, donnez votre avis !

    Il vous reste caractères.