Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Les différents types de plages dans le monde

On connaît tous les plages de sable blanc, paradis du touriste et lieu privilégié de farniente. Mais savez-vous qu’il est possible d’enfouir nos doigts de pieds dans une dizaine de sables tous très différents ?

La variété est l’apanage de mère Nature. Et elle a même été assez généreuse pour épandre sa largesse à nos plages. Si vous ne connaissiez que le sable brun de vos côtes, venez découvrir la richesse des plages du monde.

La plage de sable brun


Il s’agit du type de plage le plus commun. Rien de particulier à signaler sinon que le sable tient sa couleur de petits minéraux communs tirant vers le brun : amphiboles, quartz bruns, muscovites, etc.

La plage de sable blanc


Les belles plages de sable blanc ont une origine organique : le sable y est constitué de morceaux de coquillage, de coraux, et autres résidus de silice ou de calcaire désagrégés pour former de belles plages toutes blanches.

La plage de sable noir


Une plage au sable noir est le témoin du passé volcanique d’une île. Elle se forme par érosion de roches volcaniques qui se dépose par sédimentation. Hawaï et l’île de La Réunion possèdent ainsi de magnifiques plages noires, quoi qu’un peu sinistres pour certains.

La plage de sable gris


Le sable gris d’une plage est d’origine volcanique également et se rencontre en Indonésie comme en Martinique, ou encore en France, au Cap d’Agde sur la plage de la Grande Conque.

La plage de sable vert


Une curiosité à part entière, la plage de sable vert doit sa curieuse couleur à des cristaux verts d’olivine. L’olivine étant surtout présente dans le magma hawaïen, il est normal que l’une des rares plages vertes du monde s’y trouve, plus précisément à Papakolea beach.

La plage de sable rouge


Une fois encore, c’est la roche volcanique qui est à l'origine des plages rouges : le rouge du sable est dû aux oxydes de fer issus du magma. On en trouve donc tout naturellement à Mayotte mais surtout à Hawaï.

La plage de sable blond


Le sable blond est d’origine corallienne : le corail jaune, mort ou désagrégé par les poissons perroquets, est transporté par les vagues et s’accumule sur les plages. Cela donne de somptueuses plages comme celle de la plage de Troya sur l’île espagnole de Tenerife.

La plage de sable rose


On trouve des plages au sable rose en Californie, à Pfeifer Beach, ou encore aux Bahamas avec la célèbre Coral pink sand beach. Cette couleur peu banale est due au dépôt de coraux rouges sur la plage, et, pour certaines plages, aux coquilles rouges vifs de Foraminifera charriées par la mer et qui se mélangent au sable.

La plage de galets


Tout de suite moins sexy que ces consœurs mais poétique tout de même, la plage de galet est une plage sur laquelle sont venus s’échouer des galets provenant généralement d’une falaise. En l’érodant, la mer libère des galets de silex qu’elle repousse ensuite sur la plage. Poétique mais douloureux si l‘on marche dessus sans bien regarder où l'on met les pieds.

La glass beach


Une plage de bouts de verre polis, vous en avez déjà vu ? Rendez-vous à la plage de Fort Bragg, en Californie. Ancien dépotoir public jusqu’en 1967, la plage a rouvert au public après son assainissement, avec une particularité : les bouts de verre jetés à la mer durant des décennies sont revenus, érodés par l’eau et le sable. Cela donne une plage de science-fiction recouverte de verres polis multicolores !

Photos : G. Daveluy / Nattu / EDubya / J. Gambacurta / H. Chen / ehpien / Khánh Hmoong / M. V. Carvalho / s_gibson72 / Images by John 'K'

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 19/05/2014
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.