Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Le surfcasting ou comment pêcher depuis la plage

Il vous est sûrement arrivé pendant vos vacances en bord de mer de tomber sur des pêcheurs assis sur la plage, derrière leur longue canne à pêche. Ils pratiquent le surfcasting, une pêche du bord de l'eau. Car, oui, les poissons mordent à l'hameçon, même avec des baigneurs à proximité.

Le surfcasting ou comment pêcher depuis la plage
Photo: Elodie RS

La pêche peut se pratiquer à même le rivage, la preuve avec le surfcasting. Cette technique présente l’avantage de pouvoir se pratiquer tout le long du littoral, de quoi associer deux plaisirs : la pêche et le farniente au soleil.

Zoom sur le surfcasting

Le surfcasting est une technique de pêche consistant à envoyer son hameçon esché (c'est-à-dire lesté d’un appât) derrière les vagues pour pêcher. On peut la pratiquer partout en bord de mer et ce ne sont ni les dunes, ni les rochers qui empêcheront les surfcasteurs de titiller le poisson.

C’est une activité qui demande du doigté et de la puissance puisqu’il faut envoyer la ligne derrière les vagues, soit entre 20 à 120 mètres au loin. Les meilleurs l’envoient plus loin encore, à 160 mètres. Dernière spécificité de ce type de pêche, le surfcasteur doit évidemment se déplacer avec la marée pour être efficace.

Le matériel d’un bon surfcasteur

Pêcher sur le bord de mer impose plusieurs contraintes au matériel (courant, sable, vagues...) et celui-ci se doit donc d’être robuste. Les cannes sont fabriquées en carbone ou en fibre de verre et doivent faire entre 4 à 5 mètres de long pour une puissance comprise entre 100 et 250 grammes. Il faut également prévoir un solide moulinet avec un fil en nylon de 300 mètres.

Le plomb dépend du type de surfcasting que l’on pratique et peut faire de 40 à 200 grammes selon que l’on choisisse le surfcasting léger ou lourd, le surfcasting itinérant ou pendulaire. Les plus utilisés sont les plombs grappin pour que le montage reste ancré au fond de l’eau. L’appât quant à lui dépend du poisson que vous souhaitez pêcher mais il doit dans tous les cas être naturel (vers, mollusques, crabes mous, etc.).

Enfin, en surfcasting, il faut veiller à ce que la ligne soit toujours tendue et prévoir pour cela un support (trépied ou piquet) pour maintenir la canne bien droite.

Quel poisson attrape-t-on en surfcasting ?

Le surfcasting permet de pêcher plusieurs variétés de poissons selon l’appât que l’on choisit d’utiliser : l'anguille, le carrelet, la courbine, la muge, le sar, le loup, la sole, le turbot, la daurade, le flet, et bien d’autres encore.

Le plus recherché est sans conteste le loup de mer, plus connu sous son autre nom : le bar. C’est un prédateur qui s’attrape dans les vagues d’une marrée descendante ou montante avec des chipirons ou des lançons en guise d’appâts. La daurade est également très appréciée. Elle peut atteindre une belle taille (plus d’un kilo) et s’attrape avec des petits crabes dans les couloirs sablonneux ou les chenaux. On en trouve également près des jetées et des élevages d’huîtres. Le sar, enfin, se pêche près des rochers avec des petits poissons, des gros vers ou de la chair de moule.

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 11/04/2014
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.