Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le sous-marin CSS Hunley, un rescapé de l'histoire

Pour se sortir du blocus maritime des états confédérés par les états du Nord, le Sud a tenté de développer une arme sous-marine. Le CSS Hunley, premier sous-marin américain ayant coulé un navire, a sombré peu de temps après son exploit. Les archéologues sont parvenus à l'extraire des fonds marins et à le restaurer sur la terre ferme.
Le sous-marin CSS Hunley, un rescapé de l'histoire
Photo: AP

Parmi tous les sous-marins qui ont été lancés au cours de l'histoire, certains resteront dans les mémoires pour avoir constitué une étape essentielle dans les sciences et techniques, et bien souvent aussi dans l'art de la guerre. C'est le cas entre autres du CSS Hunley. Durant la Guerre de Sécession, les États du Sud subissaient un blocus maritime par les États du Nord et leur marine n'était clairement pas à la hauteur pour se sortir de l'impasse. La décision est prise de développer l'arme sous-marine qui en était encore à ses balbutiements.

Un naufrage aussi rapide que mystérieux

Le CSS H.L. Hunley a été lancé en 1863 par les États Confédérés pour être mis en service le 17 février 1864 après avoir subi deux naufrages durant les essais. Les membres d'équipages, dont le créateur du submersible Horace Hunley lui-même, sont morts au cours de ces essais.

D'un équipage de 8 hommes, propulsé par des manivelles et sans système de renouvellement de l'air, ce sous-marin de 12 mètres de long était réduit à des missions à faible distance et à de courtes périodes de plongée. Point de torpille en 1864, mais une perche permettant de déposer une charge explosive sur une coque ennemie.

Il a connu son baptême du feu le 17 février 1864 en s'attaquant au USS Housatonic, un navire nordiste situé à quelques kilomètres de Charleston. C'est à ce moment que le CSS Hunley est entré dans l'histoire en étant le premier sous-marin à couler un navire. Il a probablement battu également le record de la plus courte carrière car il a coulé immédiatement après, pour des raisons non encore élucidées.

La découverte d'un sous-marin tombeau

Le CSS Hunley a été retrouvé en 1995 à environ 7 km de l'île de Sullivan, à 8 mètres de profondeur, sous plusieurs mètres de sédiments, et à seulement 100 mètres du USS Housatonic. Le bâtiment a été remonté à la surface en 2000 et placé dans un réservoir de 280 m3 rempli d'eau et de divers produits chimiques, puis soumis à un courant électrique afin de le préserver de la dégradation et de faciliter l'enlèvement de la boue et du sable qui se sont solidifiés avec le temps.

La lente exploitation de l'intérieur du submersible a alors pu commencer. D'émouvantes découvertes ont été faites, notamment les 8 membres de l'équipage qui ont enfin pu rejoindre une dernière demeure sur la terre ferme.

On a également découvert une pièce d'or ayant sauvé son propriétaire lors de la bataille de Siloh, en 1862, ainsi que des vêtements autour des manivelles pour empêcher la formation de cloques.

Restauration d'un submersible légendaire

Après 17 ans de travaux, le CSS Hunley est en grande partie restauré. S'il reste encore du travail pour plusieurs années à l'intérieur, le submersible présenté au public dans son bassin ressemble maintenant à un sous-marin et non plus à un amas de concrétions. Il n'est pas encore accessible directement, mais une réplique a été construite à proximité.

En attendant, les archéologues ne désespèrent pas de découvrir avec certitude la cause du naufrage du CSS Hunley, même si l'hypothèse la plus communément admise est celle d'un endommagement dû à l'onde de choc de l'explosion de la charge sur la coque de l'USS Housatonic.

Par Charles LorrainPublié le 25/08/2017
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.