Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le sel de la mer

Vous l’avez sûrement constaté en buvant la tasse ou l’eau des huîtres, ou encore en séchant au soleil après un bain, l’eau de la mer est salée. Mais pourquoi donc ?
Le sel de la mer
Photo: michellenm

L’eau des mers et des océans contient, entre autres, du chlorure de sodium. C’est ce qui lui donne son goût salé. Mais pour comprendre comment ce sel est apparu dans l’eau, il faut remonter près de 4 milliards d’années en arrière.

A cette époque, les volcans se déchaînent sur la surface du globe, libérant de la vapeur d’eau, du gaz carbonique et du chlore. 100 millions d’années plus tard, le refroidissement de la Terre provoque la condensation de la vapeur d’eau qui retombe en pluies acides et forme les premiers océans.

Deux théories sont soulevées

La première est que les océans, en se formant, ont décroché le sodium des fonds sous-marins ; la seconde est que ce sodium, présent dans les roches de la croûte terrestre, aurait été emporté par les pluies acides. Quoiqu’il en soit, les ions sodium (Na+) se concentrent dans l’eau de mer car ils sont peu réactifs avec les particules et les minéraux marins, tout comme les ions chlorure (CI-), provenant soit d’un déluge soit d’une émanation de gaz.

Depuis, les ions chlorure n’ont pas quitté les océans. Ils sont régulièrement rejoints par le sodium présent sur les roches et emporté par les eaux de pluies jusqu’aux fleuves, puis jusqu’à la mer. On pourrait donc penser que celle-ci devient de plus en plus salée. Pourtant, la concentration saline est stable depuis 200 millions d’années !

En effet, ce sont les dorsales océaniques qui font disparaître les ions sodium : la chaleur de ces failles sous-marines (responsables de la dérive des continents) provoque l’association des ions sodium avec d’autres particules. Piégés dans les roches, le sodium quitte les eaux des océans.

Ce cycle d’apports (par le ruissellement) et de départs (par la sédimentation et l’altération) des ions sodium crée un équilibre de la teneur en sodium et donc de la salinité des océans.

Sel de mer

Le rôle du soleil

Mais le soleil vient jouer un rôle perturbateur : en chauffant la surface de la mer, il provoque l’évaporation d’une certaine quantité d’eau, laissant le sel concentré dans un volume d’eau réduit. De ce fait, selon la région du globe où se trouve l’étendue d’eau, l’évaporation sera plus ou moins conséquente. Vers l’équateur, le soleil est chaud donc l’évaporation rapide et la salinité importante. En revanche, dans les mers froides, l’évaporation est lente, la teneur en sel est basse. Ce phénomène, associé à l’ancienneté des mers, explique pourquoi certaines sont plus salées, comme la mer Morte.

En moyenne, aujourd’hui, dans 1 litre d’eau de mer, on trouve 35 grammes de sels, dont une majeure partie de chlorure de sodium. Les autres sels sont le chlorure de magnésium, le sulfate de magnésium, le sulfate de calcium, le sulfate de potassium, le carbonate de calcium et le bromure de magnésium.

Dans les prochaines années, il faudra compter avec la fonte des icebergs qui, en apportant de l’eau douce, va certainement influer sur la salinité des océans.

>> A lire aussi : La production du sel marin

Photo : David Almeida

Par Guillaume DaveluyMis à jour le 02/07/2019
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.