Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le kneeboard va vous mettre à genoux !

Le kneeboard est une assez vieille discipline. Moins que le surf il est vrai, mais assez pour avoir ses fans et ses détracteurs. Si vous avez toujours rêvé de faire du surf mais que les hautes vagues vous ont toujours fait peur, le kneeboard est fait pour vous !

Le kneeboard a connu ses débuts dans les années 70 mais a démarré tout doucement, souffrant de l’extrême popularité du surf qui a attiré les riders de tout poil. Il n’a réellement connu de succès (en demi-teinte soit dit en passant) qu’au milieu des années 90. Il revient doucement en force aujourd’hui, avec une communauté de plus en plus large et des événements comme le festival Kneeboard Cantabria qui a lieu tous les ans en Espagne.

La pratique du kneeboard

Le kneeboard est un sport nautique de glisse, à mi-chemin entre le surf et le ski nautique, qui se pratique à genoux sur une planche plus petite qu'un surf. On peut en faire en mer mais aussi sur un lac, une rivière ou tout autre plan d’eau assez large. Petite particularité cependant, le rider est tracté par un petit bateau à moteur à une vitesse raisonnable (environ 30 Km/h). L’idéal pour cela est un câble tressé de 14 mètres minimum.

Il existe deux types de planches de kneeboard : la maniable planche à slalom équipée d’un ou deux ailerons, et la "trick board" sans aileron, conçue pour les acrobaties. Une planche de kneeboard est pourvue d’un moelleux moulage pour positionner confortablement ses genoux, ainsi que d’un hook en Velcro pour s’harnacher solidement les cuisses.

Enfin, il faut savoir que les palmes sont facultatives : elles peuvent aider le débutant à équilibrer son départ mais ont plutôt tendance à gêner le vétéran.

Le kneeboard, un sport fun et accessible

Avec un centre de gravité assez bas, le kneeboard est facile à apprivoiser. Son apprentissage se fait rapidement et il convient autant aux adultes qu’aux enfants (dès 8 ans). Attention cependant, les manœuvres sont nerveuses et rapides, et nécessitent tout de même un peu de technique.

Le plus fun dans le kneeboard reste la sensation de vitesse que l’on ressent lorsque l’on se fait remorquer sur une planche aussi proche de l’eau : la sensation de vitesse est tout simplement impressionnante, et le plaisir se ressent dès le départ.
Pour ceux qui ont déjà la main, le kneeboard permet de se faufiler comme une souris dans une vague et d’admirer les tubes d’un tout autre point de vue !

Une communauté qui grandit !

De par son accessibilité et la base qu’elle partage avec le surf (il est possible de faire du kneeboard sans être tracté, comme en surf), cette discipline commence doucement mais sûrement à gagner en notoriété.

Certes, le kneeboard ne bénéficie pas du grand tapage médiatique et marketing du surf, mais d'importants contests existent comme la Sieck Island Slalom, une compétition de slalom, le Somo Kneeboard Festival qui a lieu en juillet (première partie du Kneeboard Festival Cantabria), et le Championnat du Monde de Kneeboard, l’ISA TAHITI World Kneeboard Championship, organisé par la Fédération Tahitienne de Surf.

Les communautés les plus actives se trouvent à Hawaï, en Australie, en Nouvelle-Zélande, mais aussi en Espagne et en Californie.

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 13/05/2014
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.