Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Le kitesurf, la planche qui vole

Il vous est sûrement arrivé de croiser sur la plage ces drôles de surfeurs occupés à accrocher le vent avec leur cerf-volant tout en gardant leur équilibre sur l’eau avec une petite planche. Ces sportifs téméraires pratiquent le kitesurf, une des nombreuses variantes du surf.

Le kitesurf, la planche qui vole
Photo: Christian R. H

Avec aujourd’hui plus de 40.000 pratiquants en France, le kitesurf est un sport qui prend son envol dans l’Hexagone. Pour la petite histoire, l’idée de croiser les sensations de la voile à celles du surf date des années 60 mais il aura fallu plusieurs expérimentations et tentatives de commercialisation ratées pour aboutir au sport complet que l’on connaît aujourd’hui.

La pratique du kitesurf

Le kitesurf, ou flysurf de son nom d’origine, est plus connu dans la langue de Molière sous le nom de planche autotractée ou, plus simplement, de planche volante. Il consiste à surfer sur l’eau en se faisant tracter par une aile gonflable.

Contrairement aux idées reçues, la pratique du kitesurf ne nécessite pas d’être spécialement musclé et il suffit d’adapter les ailes aux différents gabarits pour que petits et grands puissent s’amuser. Ce sport nécessite en revanche beaucoup d’espace, afin de pouvoir dérouler les lignes qui sont reliées à l’aile. Cette exigence est plus une mesure de prévention qu’autre chose, pour éviter notamment les collisions avec les surfeurs, nageurs et autres usagers du bord de mer.

Le cerf-volant se dirige à l’aide d’une barre pilote qui y est reliée par deux, trois ou quatre lignes. La traction du cerf-volant est supportée non pas par les bras mais plutôt par tout le corps grâce à un harnais.

La formation est-elle obligatoire ?

Non, mais elle est vivement conseillée ! Il ne faut pas oublier que le kitesurf est un sport extrême et qu’une mauvaise pratique ou l’utilisation d'un mauvais matériel peut entraîner de graves accidents. Il est donc très déconseillé de le pratiquer si l’on n’a pas reçu un minimum de formation.

Un débutant utilise ce que l’on appelle le trainer kite : une aile plus simple et plus petite que la normale. Elle est idéale pour apprendre les bases, notamment pour décoller et intégrer les notions de mise à l’eau et de fenêtre de vol. Il faut compter 6 à 10 heures de formation pour être parfaitement indépendant sur l’eau.

Le kitesurf, un sport à multiples facettes

Plusieurs écoles cohabitent dans le kitesurf, à chacun de trouver celle qui lui conviendra le mieux. La plus populaire est le freeride : rien d’extraordinaire ici, il s’agit simplement de se faire plaisir sur son kitesurf en se baladant sur l'eau. Vient ensuite le freestyle "oldschool" qui consiste à enchaîner des figures avec le cerf-volant au-dessus de soi, et le freestyle "newschool" (ou wakestyle), qui lui consiste à exécuter les figures avec une aile en position basse.

Autres variantes :
> Le surfkite où l’on cherche à descendre une haute vague en faisant de jolies courbes.
> La vitesse où l’on franchit 500 mètres le plus vite possible.
> La longue distance, qui est une course entre plusieurs kitesurfeurs sur un circuit fermé.

Pour recevoir la newsletter

1 commentaire

Apprendre le kitesurf

par Flyingfrog, le 11/02/2016

Super article sur le kitesurf, effectivement un stage est vivement conseillé pour apprendre les bases du kite. On vous propose des stages à tarifa en espagne, c'est la capitale du kitesurf en europe, voici le lien pour avoir plus d'infos: www. Kitesurfingschooltarifa.com

Vous aussi, donnez votre avis !

Il vous reste caractères.