Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le grand mystère du triangle des Bermudes

Le triangle des Bermudes est très certainement l'un des endroits les plus mystérieux de la planète. Au fil des années, il a fait l'objet de nombreuses théories pour expliquer les différents événements qui s'y sont déroulés.

Le triangle de Bermudes a été pointé sur la carte par le journaliste Vincent Gaddis en 1964. Il se situe dans l'océan Atlantique, à côté des États-Unis, à l'ouest de la Floride. Les trois points du triangle sont Miami (côte Est des États-Unis), Porto Rico (dans les Grandes Antilles) et l'île des Bermudes. Il couvre 3,9 millions de km² et contient environ 150 petites îles. Une zone tout ce qu'il y aurait de plus tranquille... sauf qu'elle a été le théâtre de plusieurs disparitions étranges et inexpliquées.

Un secteur légendaire et effrayant

Parmi ces disparitions, l'on compte aussi bien des bateaux que des avions, qu'ils soient commerciaux ou non. En outre, pour parfaire encore le mystère, les bâtiments et les aéronefs qui s'échouaient dans ce secteur ne laissaient aucune trace, ni épave, ni débris, ni tâches d'huile.

Ces disparitions inexpliquées ont surtout été constatées à partir du XIXème siècle. Ainsi, une trentaine d'avions et une cinquantaine de navires se sont tout bonnement évaporés dans cette zone entre 1945 et 1975. Il ne fallut pas longtemps pour que le triangle des Bermudes soit renommé en "triangle du diable".

Des disparitions impressionnantes

Le 5 décembre 1945, lors d'un vol d'entraînement, le vol 19 constitué par cinq bombardiers Avengers américains disparut mystérieusement en entrant dans le triangle. Pendant le vol, la formation contacta la tour de contrôle pour dire que les hommes ne savaient plus où ils étaient et que tout leur semblait étrange. Après avoir perdu tout contact avec le vol, la tour dépêcha un avion de secours. Au final, les six appareils et leurs équipages disparurent.

Alors que la Première Guerre marchait sur sa 4ème et dernière année, en mars 1918, l'USS Cyclops, rempli de 11.000 tonnes de manganèse, entra dans le triangle des Bermudes pour ne plus en ressortir. Ce charbonnier de 165 mètres de long s'est tout simplement volatilisé lors de son voyage entre Barbados et Baltimore, emmenant avec lui ses 306 marins.

Dans le triangle des Bermudes, d'étranges phénomènes paranormaux ont également été notés comme la rencontre, en 1881, de l'Ellen Austin avec une goélette sans équipage alors même qu'elle était en bon état, bien rangée et pleine de provisions. Un équipage fut monté dedans pour la faire naviguer avec l'Ellen Austin. Toutefois, après deux jours de mer, le bateau disparut pour réapparaître ensuite sans l'équipage, les provisions intouchées.

Les tentatives d'explication

Les théories tentant d'expliquer ces phénomènes étranges sont très variées. Les scientifiques ont avancé l'hypothèse de perturbations magnétiques qui réduisent la densité de l'eau et causent les naufrages. Un puissant champ magnétique serait aussi à l'origine de l'arrêt des instruments de navigation. D'autres théories parlent aussi d'interventions extraterrestres, d'une faille vers une autre dimension ou encore de monstres marins.

Les météorologues, en revanche, supposent que les disparitions soudaines ont été provoquées par des courants remarquablement forts ou encore par le passage de vents de plus de 200 km/h. Un cyclone peut en effet engendrer des vagues de 10 à 15 mètres de hauteur pouvant engloutir tout un navire.

Toutefois, malgré toutes ces théories et faute de preuves concrètes, le mystère du triangle des Bermudes reste entier.

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 15/11/2016
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.