Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le coco-fesse, l'étonnant cocotier des mers

Le coco-fesse, comme son nom l'indique, est un fruit rappelant la forme d'un postérieur. Peu utilisé en gastronomie, mais très prisé comme objet de décoration et de collection, il se retrouve actuellement menacé de disparition.

Plus connu sous le nom de "coco-fesse" que par son nom véritable, le cocotier de mer est un arbre endémique des Seychelles. Tout ça parce que son fruit, duquel il a hérité son surnom haut en couleur, a décidé d'avoir une forme évocatrice à faire jaser tous les touristes. Et les locaux aussi, y'a pas de raison.

Une histoire de fesses

Le cocotier de mer est communément appelé "coco-fesses" car son fruit rappelle sans ambiguïté l'arrière-train d'une femme, bassin et fessiers compris. C'est un palmier de la famille des Arécacées et dont le nom scientifique est Lodoicea maldivica. On ne le trouve que sur les îles de Praslin et Curieuse, dans l'archipel des Seychelles.

Le coco-fesse, de forme ovoïde, est considéré comme le plus gros fruit du monde. Il peut atteindre le poids impressionnant de 45 kg pour un diamètre de 50 cm. C'est également l'emblème des Seychelles et il est présent sur la monnaie locale, les armoiries du pays (arbre et fruit) ainsi que sur de nombreuses enseignes commerciales seychelloises.

Quelles utilisations ?

Étonnamment, le coco de mer n'est que très peu utilisé dans la gastronomie seychelloise. Avec son prix élevé et sa chair beaucoup moins sucrée que celle de la noix de coco classique, on lui préfère cette dernière pour agrémenter la cuisine locale.

On lui confère cependant des effets aphrodisiaques en raison de sa forme suggestive, et ce seulement en vertu du principe de signature qui veut que l'aspect d'une plante suffise à indiquer son rôle ou ses vertus thérapeutiques. Il n'en suffit pas plus pour en faire un produit recherché par des clients asiatiques et majoritairement venus de Chine.

Mais le coco-fesse est surtout recherché comme objet de décoration par les touristes souhaitant ramener un souvenir insolite de leurs vacances aux Seychelles. Néanmoins, en raison de la baisse constante de sa population dans l'archipel (-30% en moins d'une centaine d'années), l'exploitation et l'exportation des fruits du cocotier de mer sont des activités très réglementées par le gouvernement seychellois.

Coco de mer

Le coco-fesse, une espèce menacée

Selon l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), il resterait moins de 8 300 pieds de coco de mer dans le monde, ce qui en fait une espèce menacée. Il existe deux raisons principales à cette situation :

> La première est le braconnage qu'elle subit. En effet, en raison de sa rareté et de son prix élevé (un touriste est prêt à payer jusqu'à 300 euros pour acquérir un coco-fesse comme souvenir), il n'est pas rare que les forêts protégées soient pillées, laissant des palmiers incapables de se reproduire.

> La deuxième raison est la lenteur de leur germination. Il faut une vingtaine d'années pour qu'un cocotier atteigne sa taille adulte et produise des fruits. Comptez encore 6 à 7 ans pour que les fruits arrivent à maturité et, enfin, 2 autres années pour qu'ils se mettent à germer.

Photo : Cerlin Ng

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 19/09/2017
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.