Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le bateau-stop, ou comment voguer sans posséder de bateau

Traverser les océans, voir de nouveaux pays et voguer vers l'aventure, tout cela à un coût. Mais si on vous disait qu'il était possible de le faire sans posséder ni voilier ni yacht, sans connaissance en navigation et même sans se ruiner ? C'est là toute la magie du bateau-stop !
Le bateau-stop, ou comment voguer sans posséder de bateau

Le bateau-stop, c'est comme l'auto-stop : on demande à un navigateur ou à un skipper s'il a la place pour un équipier et on embarque à bord s'il est d'accord. La pratique est plus courante qu'on ne le pense chez les marins, mais concrètement, elle est bien plus compliquée à mettre en œuvre qu'un simple levage de pouce. Rigueur et organisation sont donc de mise !

Où trouver un bateau ?

Évidemment, pour trouver un bateau, c'est au port qu'il faut aller. Plus le port (ou la marina) sera grand, plus les chances de trouver un bateau qui acceptera de vous amener le seront aussi. Petite astuce : dans les marinas, les bateaux sur le départ sont le plus souvent amarrés au ponton visiteur.

Dans un port, on peut faire le tour des quais, poser des affiches (aux endroits autorisés), intervenir sur les news radio des marinas, ou encore approcher les bateaux en mouillage au large. Bien sûr, comme en auto-stop, il faut veiller à être propre sur soi et souriant pendant la prospection.

Autre source : internet. De nombreux sites proposent à des navigateurs de poster des annonces de convoyage. Ils ont l'avantage d'être très bien organisés en fournissant le maximum d'informations sur les marins (expériences, permis, réputation, etc.). Sur certains, on trouve même des offres d'emploi sur les bateaux. Autre astuce : privilégier les sites anglais, beaucoup plus connus et fréquentés par les marins.

Parmi les meilleurs sites gratuits pour faire du bateau-stop, citons Sail the world, Bourses aux équipiers, Equipier.fr ou encore Oceancrewlink.

Bien choisir la date de son départ

Si traverser les mers se fait sans trop de contraintes, traverser un océan ne se fait pas n'importe quand, surtout pour les voiliers. Cela est dû notamment à la saisonnalité des ouragans et à celle des alizées qui facilitent drôlement la traversée.

Voici le timing des destinations les plus courues :

> Transatlatique (Europe <-> Caraïbes) : entre octobre et janvier ;
> Californie - Hawaï : entre octobre et novembre, mais aussi entre avril et mai ;
> Europe vers la Méditerranée (via l'Atlantique) : entre juin et août ;
> Australie - Nouvelle-Zélande - Polynésie française : entre mai et octobre ;
> Équateur - Îles Galápagos - Polynésie française : entre fin mars et mai.

marina

Ce qu'implique de faire du bateau-stop

Attention, faire du bateau-stop ne signifie pas voyager à l'œil, surtout sur les voiliers qui représentent la vaste majorité des navires prenant des bateaux-stoppeurs. Au mieux, vous n'aurez qu'à payer votre nourriture, mais, généralement, on va vous demander de participer à la caisse de bord. C'est au capitaine de décider.

La caisse de bord est une caisse prévue pour les dépenses de fonctionnement du navire que tout le monde se partage équitablement : frais de port, réparations mineures, carburant, etc. La nourriture est habituellement incluse aussi.

D'une manière générale, il faut prévoir 10 à 20 euros par jour de traversée. Sur un voilier également, il faudra aussi participer aux tâches et aux manœuvres quotidiennes (période de quarts, veille, nettoyage et entretien, etc.).

Il est également facile d'embarquer sur des ferries, pas pour traverser un océan cette fois-ci, mais une mer. Leurs capitaines acceptent facilement des bateaux-stoppeurs qui proposent alors en échange quelques menus services : reportage photo, ateliers, concerts impromptus, etc.

Enfin, le bateau-stop peut aussi se faire, mais rarement, sur un bateau de croisière ou un yacht. Il arrive en effet que ces navires embauchent dans les ports, une occasion en or pour qui possède des compétences en restauration ou tout simplement maritimes, et qui souhaite se faire embarquer.

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 23/09/2019
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.