Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

La pieuvre mimétique, un mollusque intelligent

On connaît ceux qui prennent la fuite pour échapper aux prédateurs, ceux qui se cachent derrière un rocher ou encore ceux qui font le mort. La pieuvre mimétique, elle, s'en sort d'une toute autre manière, preuve de l'extraordinaire intelligence de l'animal.

La pieuvre mimétique, seule représentante du genre Thaumoctopus, a été découverte en 1998 dans les eaux chaudes du Pacifique. Il s'agit d'une espèce de pieuvre particulière qui doit son nom à ses facultés mimétiques saisissantes qui lui permettent d'échapper sans trop de mal à ses prédateurs.

Un animal à part

Pouvant atteindre les 60 cm, la pieuvre mimétique est un animal à la peau rayée de brun et de blanc que l'on trouve dans les mers de l'Asie du Sud-Est, plus précisément dans les estuaires de l'Indonésie et de la Malaisie. Habile chasseuse, elle se nourrit de petits poissons et de crustacés qu'elle débusque dans leurs terriers en y envoyant ses tentacules.

Mais ce qui fait de ce céphalopode un animal vraiment unique, ce sont ses capacités de mimétisme qui lui permet non seulement d'imiter l'apparence d'un autre animal (couleur et texture de la peau incluses) mais aussi son comportement et sa manière de se déplacer. Un polymorphisme qui lui rend bien des services.

Les transformations de la pieuvre mimétique

D'après les diverses observations, la pieuvre mimétique peut imiter 15 espèces différentes, aussi bien des poissons que des crustacés ou des mollusques :

> L'anémone de mer : elle replie le bout de ses tentacules et les lève en l'air tout en les faisant onduler.

> Le serpent de mer : elle commence par changer de couleurs pour être dans le ton. Une fois rayée de blanc et de noir, elle fait disparaître ses tentacules sous elle dans le sable, n'en gardant plus que deux qu'elle fait onduler dans des directions opposés pour imiter le déplacement de l'animal.

> La rascasse : la rascasse volante est un poisson exotique dotée d'épines venimeuses très facile à imiter pour notre pieuvre car elle a pratiquement les mêmes motifs qu'elle. Il lui suffit de contracter son corps et de distribuer ses huit bras tout autour pour faire illusion.

> La sole : notre artiste rassemble ses tentacules en arrière et s'écrase sur elle-même afin de ressembler au poisson plat. Elle se déplace même comme lui en les faisant onduler.

Ces transformations permettent à la pieuvre mimétique d'échapper à un prédateur en se transformant en une espèce qu'il ne chasse pas ou, mieux, en faisant peur à son poursuivant en se transformant en l'un de ses prédateurs.

Une pieuvre ingénieuse

Même si l'on ne sait pas encore si ses capacités sont innées ou bien le résultat d'un apprentissage, le vaste répertoire de la pieuvre mimétique sous-entend qu'elle possède une intelligence complexe qui lui permet de s'adapter à une situation hostile.

Là où la plupart de ses congénères sont nocturnes, ses facultés lui permettent de se déplacer sans peur en pleine journée malgré la présence de barracudas et de petits requins qui composent l'essentiel de ses prédateurs. Le mimétisme lui sert aussi à approcher des proies qui fuiraient à la simple vue d'une pieuvre.

Enfin, son polymorphisme lui permet aussi d'adapter sa morphologie au terrain qu'elle parcourt, tantôt se propulsant par jets d'eau, tantôt courant sur ses tentacules ou encore se coulant entre les anfractuosités des fonds marins.

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 04/09/2014
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.