Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

La pêche sous-marine, entre sport et passion

Plonger dans une eau limpide et partir à la découverte de la faune aquatique, voilà un bien joli programme. Et quand on peut revenir les mains pleines, c'est encore mieux. La pêche sous-marine est à ce titre une activité riche en rebondissements.

La pêche sous-marine, également appelée chasse sous-marine, est une affaire de passionnés. Ce loisir aquatique consiste à aller capturer sous l’eau des mollusques, des crustacés ou des poissons à l’aide d’une arbalète ou à main nues. Mais attention, on ne peut pas chasser n’importe comment : la pêche sous-marine est très réglementée, tant en matière d’équipements autorisés que d’espèces à chasser.

Matériel et réglementation

La pêche sous-marine se pratique exclusivement en apnée. Les équipements autorisés sont en général "passifs", c’est-à-dire que leur utilisation ne fait appel qu’aux propres capacités physiques du nageur. Citons par exemple : la combinaison de plongée, les palmes, le masque de plongée, le tuba, la ceinture de plomb, et cas particulier, les fusils à harpon.

Il est donc interdit d’utiliser tout équipement permettant de respirer sans revenir à la surface, d’utiliser des engins automatiques pour se propulser sous l’eau, ou encore d’utiliser un fanion lumineux pour attirer les poissons.

Il est également imposé de se signaler à l’aide d’une bouée et d’un drapeau lorsqu'on démarre une session de pêche, ceci afin d’éviter tout accident. Et enfin, interdiction de taquiner les poissons à la nuit tombée.

Sport ou loisir : la pratique de la pêche sous-marine

C’est en 1954 qu’a eu lieu la première compétition de pêche sous-marine. En France, c’est la Fédération Nautique de Pêche Sportive en Apnée (FNPSA) qui organise les compétitions, tandis que la Confédération Mondiale des Activités Subaquatiques (CMAS) s’occupe des compétitions internationales. Que ce soit en amateur ou en professionnel, la pratique de la pêche sous-marine est considérée comme un sport de haut niveau. En effet, l’apnée obligatoire nécessite entraînement et habitude. Avec des séances de pêche qui durent environ 5 heures, cela demande une bonne endurance pour lutter contre les vagues et les courants, tout en se concentrant sur la chasse.

Voici d’ailleurs quelques techniques courantes de chasse pour vous faire une idée :
> l’indienne, la technique pour débutants, qui consiste à se déplacer lentement sur le fond afin de repérer les poissons endormis.
> la chasse à trou, qui invite à aller chercher poissons et crustacés dans les cavités.
> la coulée, qui consiste à fondre doucement sur un poisson aperçu de la surface pour l’embrocher.

Il en existe beaucoup d’autres, parfois plus physiques, comme l’agachon, technique consistant à se cacher parmi les reliefs du fond marin pour attendre le poisson. Une technique très éprouvante qui nécessite beaucoup de pratique.

Quelques variétés de poissons

Les poissons rencontrés durant une pêche sous-marine varient bien évidemment d'une région à une autre. On ne pêche pas la même chose d'un bout à l'autre du globe.

En France, le Port Camargue, dans la région Languedoc-Roussillon, est un bon endroit pour pratiquer la pêche sous-marine. A partir du mois d’avril et jusqu’en octobre, vous pouvez y capturer des mostelles, des congres, des mulets ou des loups. Des dorades y nagent aussi à partir du mois de mai, à proximité des homards. Pendant la saison estivale, les thons et les bonites circulent dans les épaves profondes.

Du côté de la Côte d'Azur, pensez au Cap d’Antibes, un lieu célèbre pour sa liche et sa sériole, visibles de juin à octobre. En été, des mulets, des sars et des loups peuplent les eaux chaudes de la région. Évitez de chasser les poulpes qui semblent en déclin dans ce secteur.

Le département de la Loire-Atlantique figure dans la liste des endroits les plus poissonneux de France. On peut y pêcher des mulets, des bars et parfois même quelques homards.

Attention à la réglementation en vigueur dans la région où vous avez décidé de pêcher. Elle dépend en effet de la richesse de la faune aquatique de la zone. Prenez donc comme habitude de toujours vous renseigner avant de vous jeter à l'eau.

Par Guillaume DaveluyMis à jour le 19/07/2018
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

1 commentaire

Chasse du poulpe

par Zizou, le 07/10/2018

Faire la promotion de la peche au poulpe au cap d antibes alors que la population de poulpe subit un déclin inquiétant sur nos cotes! Les professionnels et les scientifiques ont tiré la sonnette d alarme et ont demandé une réglementation des prélevements accordé de marseille à st tropez avec interdiction de la peche au poulpe du 1er juin au 30 septembre pour cause de reproduction de l 'espèce honte à vous d inciter les chasseurs à continuer de chasser les poulpes en été!
Réponse de la rédaction : vos avez tout à fait raison et nous allons modifier l'article en conséquence.

Vous aussi, donnez votre avis !

Il vous reste caractères.