Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

La pêche à pied, ou la cueillette à la plage

A marée basse, il est tentant de partir à la conquête du littoral pour cueillir moules, palourdes et petites crevettes, à déguster de retour chez soi. Attention cependant, cette pêche à pied est très légiférée.
La pêche à pied, ou la cueillette à la plage
Photo: 123RF

La pêche à pied fait le bonheur de millions d’amateurs, surtout les jours de grande marée (avec un coefficient supérieur à 100). En France, ils sont plus de 2 millions à arpenter les zones découvertes par la marée basse à la recherche de crustacés et de mollusques.

L’estran, un vrai terrain de chasse

La zone de terre normalement immergée mais mise à jour par la marée se nomme l’estran. Lors des grandes marées, c'est une large bande de sable ou de vase, qui sert de terrain de jeu aux pêcheurs à pied. Ces derniers l’arpentent alors de long en large, bottes aux pieds et épuisette à la main.

Mais l’estran est un écosystème à part entière, qui s’est adapté aux conditions maritimes de la marée haute et à celles plus aériennes de la marée basse. Il convient donc de respecter la richesse de ce biotope unique en dérangeant le moins possible le milieu.

Que pêche-t-on sur les plages ?

Votre pêche dépendra en fait de la côte que vous arpentez mais aussi du type d’estran que vous avez décidé de visiter. Les estrans vaseux abritent généralement des palourdes et des praires. Les estrans sablonneux sont le repère des pieds de couteau et des savoureux pétoncles. Les estrans rocheux permettent littéralement de cueillir des moules et autres ormeaux sans se fatiguer.

Il n’est pas rare aussi que la marée fuyante ait oublié, éparpillées ici et là, des mares d’eau salée bouillonnantes de vie. Vous pourrez y pêcher à l’épuisette des petits crabes, des crevettes ou des petites équilles, délicieuses en friture. Ces mares sont également de parfait petits viviers pour admirer la vie marine avec ses poissons colorés et ses anémones.

La réglementation de la pêche à pied

En France, la protection de l’écosystème marin fait que la pêche à pieds est fortement réglementée, à commencer par la stricte interdiction de vendre le produit de sa pêche.
Il faut aussi bien sélectionner les spécimens récoltés pour qu’ils respectent une taille minimale. Ainsi, par exemple, on ne doit jamais ramasser un pied couteau si celui-ci fait moins de 10 cm, ou encore une palourde ou une moule si elles font moins de 4 cm. Si vous avez la chance de tomber sur un homard, il va falloir vérifier qu’il fasse plus de 8,7 cm avant de songer à vous régaler.

Un quota par personne est également imposé sur certaines espèces : c'est le cas de l'araignée de mer, par exemple, limitée à 6 spécimens par pêcheur, ou de l'huître (3 douzaines par personne). Ces quotas sont également définis au poids : 3 kg de bigorneau par personne et par jour, ou encore 2 kg de telline.

Attention aussi aux outils utilisés lors de votre pêche : seuls les couteaux (à manche inférieur à 30cm), pelles et crochets (3 dents maxi) sont autorisés pour le ramassage des coquillages ensablés. Inutile également de vous lever en pleine nuit : la pêche à pied est permise uniquement du lever au coucher du soleil.

Pour éviter les mauvaises surprises lors d’un contrôle, il est donc conseillé de se renseigner sur les règles et périodes de prélèvements à la mairie et surtout d’y vérifier si des avis sanitaires n’empêcheraient pas la cueillette. Et bien sûr, pour ne pas gaspiller, pensez à ne pêcher que ce que vous pourrez consommer.

>> A lire aussi : 5 délicieux coquillages à cueillir sur la plage

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 23/04/2014
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.