Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

La cité gréco-romaine d'Olbia, à découvrir avec masque et tuba

Ce n'est pas tous les jours qu'on peut visiter un site archéologique masque sur le nez et tuba à fleur d'eau. A Olbia, c'est possible : les visiteurs se mouillent pour découvrir cette perle de la Méditerranée.
La cité gréco-romaine d'Olbia, à découvrir avec masque et tuba

Parmi les sites exceptionnels de la commune d'Hyères, dans le Var, le site archéologique d'Olbia est un endroit unique en France : facilement accessible au grand public, on peut le visiter via un sentier sous-marin ! Que ce soit en parcours autonome, en visite guidée individuelle ou en groupe, ce site est ouvert d'avril en octobre avec possibilité de prendre rendez-vous à n'importe quelle période de l'année.

La colonie fortifiée grecque d'Olbia

Olbia, du grec ancien "la bienheureuse", est l'unique site préservé du littoral méditerranéen. Fondée par les Phocéens, la cité d'Olbia était à l'origine une colonie grecque fortifiée fondée aux environs du IVe siècle avant notre ère. Elle faisait partie d'un réseau de colonies datant de l'époque hellénistique et qui avait pour but d'assurer la sécurité du transport des produits entre l'Espagne et l'Italie. C'étaient, entre autres, les cités de Nikaia (Nice), d'Agathé (Agde) et d'Antipolis (Antibes).

Les premiers habitants d'Olbia étaient essentiellement des agriculteurs, des marins, des pêcheurs et des soldats-colons. Ces derniers étaient chargés de sécuriser les activités commerciales de la côte méditerranéenne.

La prise par les Romains

Après avoir pris Marseille, les Romains se sont installés à Olbia et ont en fait une ville commerciale enrichie de thermes et de nouveaux comptoirs. Ces derniers se concentraient principalement sur le carrefour central de la cité tandis que les thermes étaient situés au nord de la ville.

La cité a ensuite été abandonnée pendant plusieurs siècles après la chute de l'Empire romain et ne fut réhabilitée qu'au Moyen-Âge par des moines bénédictins qui y fondèrent un monastère à la fin du Xe siècle. Trois siècles plus tard, des religieuses prirent le relais et le monastère devint une abbaye cistercienne, celle de Saint- Pierre d'Almanarre. Elle fut détruite au XIVe siècle par les Sarrasins.

Un site exceptionnel à quelques mètres sous l'eau

Aujourd'hui, une partie de l'antique cité d'Olbia se trouve à quelques mètres sous l'eau, avalée par la Méditerranée qui est montée d'un mètre en 2 000 ans. Il s'agit principalement du port de la cité romaine, construit au premier siècle avant notre ère, victime de sa position.

Il est donc possible de découvrir à quoi pouvait ressembler ce port en enfilant ses palmes et en suivant le sentier sous-marin archéologique d'Olbia. La balade sous-marine passe par plusieurs vestiges immergés pris d'assaut par la faune et la flore sous-marines.

Les visites sont ouvertes au grand public, qu'elles soient autonomes ou guidées. Ces dernières durent en moyenne 2 heures. Équipements de plongée de rigueur, bien sûr, mais rien de lourd : combinaison, masque, palmes, tuba et c'est tout. On peut même en louer sur place.

La randonnée aquatique commence à partir de la plage de l'Almanarre et part en sillonnant les vestiges du quai romain, incluant la zone de débarquement des navires envahie par des blocs de pierre. D'ailleurs, pas très loin, elle passe par l'épave d'une tartane, un ancien type de bateau à voile, ayant fait naufrage au XIXe siècle avec son chargement de pierres. Un site exceptionnel à 1,50m sous l'eau et à la portée de tous, même des enfants.

Plus d'informations sur le site hyeres-tourisme.

Par Andriatiana RakotomangaMis à jour le 23/04/2019
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.