Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

L'océan arctique serait une véritable soupe de virus

Une expédition marine a permis la découverte de milliers de virus dans l'océan arctique. Loin de nous inquiéter, cette nouvelle est au contraire plutôt bonne pour le fonctionnement des écosystèmes. Et il se pourrait bien qu'il y ait encore bien plus de virus dans les océans de la planète.
L'océan arctique serait une véritable soupe de virus
Photo: Photo-View

L'expédition Tara Océan, en mission dans l'océan Arctique en 2013, a fait une découverte inattendue : les eaux glaciales de cette partie du monde se révèlent être particulièrement riches en virus, offrant une diversité si importante qu'elle a étonné les chercheurs !

Un bon fonctionnement des écosystèmes

Tout comme ils se sont adaptés à la terre ferme, les virus ont également conquis les mers. Jusqu'ici, on avait identifié 16.000 virus marins et, comme sur le plancher des vaches, chaque virus a sa cible spécifique : certains vont infecter les poissons, d'autres vont préférer le zooplancton, tandis que d'autres encore vont seulement s'intéresser au phytoplancton.

Concernant l'océan, il faut oublier notre réflexe de penser que les virus sont forcément mauvais pour la santé puisque dans la mer, ils font partie intégrante des écosystèmes et participent à leur bon fonctionnement. Par exemple, on soupçonne certains virus de jouer un rôle important dans la capacité de captation de carbone du plancton qui, pour rappel, produit 50% de l'oxygène atmosphérique et pompe 30% de nos émissions carbone.

De nombreux virus identifiés

C'est par ailleurs pour améliorer notre compréhension de tout l'écosystème planctonique que la goélette de la Fondation Tara Océan a écumé les océans et les mers de la planète. Avec à son bord une équipe internationale et pluridisciplinaire venant de plusieurs organismes, notamment du CNRS (Centre national de recherche scientifique), du CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives) ou encore de l'EMBL (Laboratoire européen de biologie moléculaire), elle a parcouru 140.000 km tout autour du globe en un peu plus de 3 ans. Et tout du long de leurs 938 jours passés en mer, les scientifiques ont pu prélever 27.000 échantillons qui ont permis d'identifier environ 184.000 nouveaux virus. Ils ont ainsi multiplié par 12,5 le nombre de virus connus qui passe donc à 200.000 !

Peut-être un milliard de virus marins ?

Le plus étonnant aura été le nombre élevé de virus découverts dans l'océan Arctique : 84.000, soit 42% des espèces ! Ce chiffre élevé a étonné les scientifiques vu que les conditions extrêmes de cette région du globe laisseraient plutôt supposer le contraire. Pour autant, les chercheurs commencent à peine à comprendre le fonctionnement de ce monde marin infiniment petit et on est encore loin d'avoir découvert la répartition réelle de ces petites bestioles. Selon les dires de Chris Bowler, l'un des experts en biologie de l'expédition, nos océans pourraient même contenir jusqu'à un milliard d'espèces de virus. Il en reste donc encore beaucoup à découvrir !

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 07/08/2019
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.