Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

L'île de Pitcairn, résidence des descendants du Bounty

L'île de Pitcairn est un territoire d'outre-mer britannique à l'histoire insolite et aux caractéristiques plus qu'inhabituelles. Partons donc à la découverte de cette contrée peu commune plantée en plein océan Pacifique.
L'île de Pitcairn, résidence des descendants du Bounty
Photo: Polyrus

L'île de Pitcairn fait partie de l'archipel des îles du même nom, en compagnie des îles Henderson, Ducie et Oeno. Depuis sa découverte jusqu'à aujourd'hui, cette île semble toujours isolée du reste du monde, même si elle est la seule de tout l'archipel à être habitée. Elle a ceci de particulier qu'y vivent les descendants des mutins du Bounty et qu'aujourd'hui, on n'y trouve qu'une petite communauté composée de 9 familles.

L'histoire de l'île de Pitcairn

Selon les récits historiques, l'île a été découverte en 1767 par Philip Carteret, capitaine d'un bateau anglais nommé le "Swallow". C'est l'officier Robert Pitcairn qui aperçut l'île en premier, lui donnant son nom, mais l'hostilité de cet amas rocheux dissuada le capitaine d'y accoster. L'île n'est en effet constituée qu'à 8% de terrain plat, le reste n'étant que pentes et falaises, et n'est accessible que difficilement.

22 ans plus tard, en avril 1789, Christian Fletcher menait une mutinerie à bord du HMS Bounty, donnant lieu à un événement qui allait être immortalisé au cinéma par Marlon Brando. Après la révolte, les mutins ont d'abord tenté d'établir une colonie dans les îles australes, en vain. Certains décidèrent alors de retourner vivre à Tahiti tandis que d'autres débarquèrent sur l'île de Pitcairn, en janvier 1790, après l'avoir cherchée pendant des mois à cause d'une mauvaise cartographie. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle ils choisirent cette île, étant certains que la justice aurait peu de chance de les rattraper là.

Accompagnés de Polynésiennes, les mutins repeuplèrent l'île qui semblait déjà avoir été habitée auparavant, mais abandonnée depuis longtemps.

Le rattachement de l'île à la Grande-Bretagne

Pour être sûrs de ne pas être découverts, les mutins brûlèrent le Bounty, mais leur petite colonie fut quand même découverte par hasard en 1808 par un navire américain. Seul un mutin était encore alors en vie, les autres ayant succombé à des morts plus ou moins violentes.

En 1814, deux vaisseaux de guerre britanniques arrivèrent également fortuitement sur l'île. Ils furent accueillis par la première génération née à Pitcairn, ainsi que par l'unique survivant qui ne fut aucunement inquiété par la Couronne. Par la suite, les îles Pitcairn furent rattachées à la Grande-Bretagne en 1838. Les natifs rédigèrent alors une constitution qui stipulait l'élection d'un dirigeant et déjà, les femmes avaient le droit de vote.

Aujourd'hui, le maire de Pitcairn est élu pour un mandat de trois ans, exerçant des fonctions judiciaires et exécutives. Il exerce depuis Adamstown, la capitale de l'archipel.

Adamstown

Vie quotidienne et tourisme sur l'île de Pitcairn

La majorité des Pitcairnais parlent le "pitkern", une langue créole dérivée de l'anglais. Elle est enseignée au même titre que cette dernière aux élèves de la seule école de l'île. Les habitants de Pitcairn exercent toutes sortes de métiers, surtout orientés vers le tourisme. Il existe toutefois quelques emplois rémunérés fournis par l'administration.

Le ravitaillement de l'île est assuré 3 fois par an par un bateau venant de la Nouvelle-Zélande. Il prend et livre les commandes personnelles de chaque famille. Pour ce qui est du combustible, l'île est régulièrement approvisionnée par la Marine nationale française, tandis que pour les produits frais, la soixantaine d'habitants de l'île ont tout ce qu'il faut sur place, la terre volcanique de l'île étant très fertile. On y trouve même du miel, le plus pur du monde dit-on.

L'île de Pitcairn est relativement isolée du reste du monde avec un seul point de débarquement, à Bounty Bay, et aucune liaison aérienne. Mais cette minuscule île de 5 km² vaut bien la peine qu'on la visite. Les Pitcairnais sont très hospitaliers et hébergent d'ailleurs eux-mêmes les visiteurs. La visite de Pitcairn se fait en une petite matinée, en quad, le principal moyen de transport de l'île.
Photo : watawei

Par Andriatiana RakotomangaMis à jour le 24/04/2019
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.