Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

L'homme et le requin, qui mange vraiment qui ?

Le requin, terreur des mers, est un prédateur implacable, rapide et puissant. On voit aussi en lui un chasseur sanguinaire mangeur d'homme. Et pourtant, si l'on prend le temps de se poser un instant, on comprendra très vite qui mange qui.
L'homme et le requin, qui mange vraiment qui ?
Photo: Ivan Kalin

Le requin est une vieille espèce. Ses ancêtres apparurent il y a 400 millions d'années et les requins tels que nous les connaissons aujourd'hui ne sont là "que" depuis 34 millions d'années. C'est un poisson cartilagineux dépourvu d'écailles mais dont la peau est très râpeuse. Il vit dans toutes les mers, sauf en Antarctique, et certaines espèces arrivent même à vivre dans l'eau douce.

Les espèces dangereuses de requins

Il existe environ 500 espèces différentes de requin dont 30 sont considérées comme dangereuses pour l'Homme. Selon des données mondiales collectées de 1990 à 2005, les requins les plus dangereux sont :

> Le grand requin blanc, mesurant 4 à 5,80 mètres et doté d'une gigantesque mâchoire ;
> Le requin tigre, pouvant dépasser les 5 mètres, voire atteindre les 7 mètres, et doté d'un caractère particulièrement agressif ;
> Le requin bouledogue, mesurant 3,50 mètres et qui est tout aussi agressif que le requin tigre ;
> Le requin océanique, qui avec ses 4 mètres de long, est un omnivore opportuniste particulièrement obstiné et belliqueux. Il faut cependant signaler que son habitat fait qu'il est très rarement confronté à l'Homme ;
> Le requin mako, un puissant requin qui peut atteindre 4 mètres et nager à 50 km/h.

Un animal incompris

Les spécialistes sont unanimes : les requins ne sont pas des bêtes sanguinaires ! Bien que certains, comme le requin bouledogue ou le requin tigre, soient agressifs, ils n'attaquent pas systématiquement l'Homme. Les attaques non provoquées de requin recensées sont soit dues à une tentative d'identification, soit à de la curiosité (le requin "touche" avec sa gueule), soit à ce que l'on appelle la frénésie alimentaire : habitués à trouver régulièrement de la nourriture dans une zone, les requins s'y regroupent et s'y sédentarisent. Excités par le stimulus alimentaire, ils vont alors mordre sans distinction dans tout ce qui les entoure. Il existe une quatrième raison qui est la territorialité : le requin attaque pour défendre son espace vital.

La pêche aux requins

890 000 tonnes de requins ont été pêchées dans le monde en 2000... contre 2 300 000 tonnes en 2014 ! Dans la grande partie des cas, seuls les ailerons intéressent l'industrie et tout le reste, c'est-à-dire 95 % du requin, est rejeté à la mer. Il arrive souvent que le squale soit rejeté vivant dans l'eau où il coule à pic, voué à une lente agonie.

L'industrie n'exploite la chair que de certaines espèces de requin, comme le requin mako qui est vendu en France sous la dénomination plus commerciale de "saumonnette". Tous les ans, on estime entre 40 et 100 millions le nombre de requins tués, dont 60 millions rien qu'en Asie.

Le vrai tueur n'est pas celui qu'on croit

Selon les chiffres donnés par la Global Shark Attack File, il y eu 116 attaques de requin à travers le monde en 2013 dont 17 ont été mortelles. Dans la plupart des cas, les requins ne se sont pas nourris mais ont "juste" mordu. L'Homme, trop maigre, ne représente pas une proie idéale pour le squale qui a besoin de grandes quantités de graisse.

Cela ne l'a pas empêché de traîner une réputation de tueur, finalement étonnante quand on sait que les requins tuent dix fois moins que les méduses. Comparés à eux, même les hippopotames sont des génocidaires, tuant environ 3 000 personnes tous les ans !

Comparativement, nous pêchons entre 1 700 000 et 2 300 000 tonnes de requin par an, principalement pour leur aileron donc, mais on en retrouve également sur nos étals sous une appellation différente.

Tout espoir n'est cependant pas perdu pour les requins car depuis que la Chine a affiché sa volonté de réduire les dépenses en biens de luxe en interdisant l'aileron de requin des tables officielles, la prise de conscience y est palpable. Le kilo des ailerons qui coûtait 700 dollars en 2011 a ainsi dégringolé à 300 dollars fin 2014. Il se murmure même que le marché des ailerons de requin serait en train de s'éteindre...

>> A lire aussi : Les requins sont-ils moins dangereux que les noix de coco ?

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 17/03/2015
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

2 commentaires

Super article

par Gina0101, le 09/08/2016

Merci pour cet article qui remet bien les idées en place. Je me suis permise d'en faire mention sur mon blog : http://lehazartsfaitbienleschoses.blogspot.fr/2016/08/instinct-de-survie-shallows-jaume.html bonne continuation
Réponse de la rédaction : merci à vous ;)

Saumonette

par Isabelle, le 30/03/2015

La saumonette est le requin roussette ou l'aiguillat, petit requin, et non le mako beaucoup plus gros et protégé. Vérifié sur wikipédia

Vous aussi, donnez votre avis !

Il vous reste caractères.