Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

L'étonnante Pyramide de Ball, une île inhospitalière

La nature est capable de choses extraordinaires par ses mécanismes tectoniques et volcaniques au fil des millions d'années. La Pyramide de Ball, plus haut éperon marin du monde, formée par le volcanisme et l'érosion, en est un bel exemple. Elle héberge les derniers phasmes de Lord Howe et son accès est non seulement difficile mais aussi interdit.
L'étonnante Pyramide de Ball, une île inhospitalière
Photo: Martin7d2

A 593 kilomètres des côtes de l'Australie s'érige une mystérieuse île, surnommée "Pyramide de Ball". Cet étrange pic qui émerge de la mer de Tasman est intéressant à plusieurs titres, notamment scientifiques, raisons pour lesquels son accès est interdit sans habilitation du gouvernement australien.

Une formation d'origine volcanique

Sa découverte remonterait à 1788, lors d'un voyage du navigateur anglais Henry Lidgbird Ball, qui lui a lui-même donné son nom en toute modestie. Ce n'est qu'ensuite qu'il note sur son carnet la découverte de l'île de Lord Howe, à 24 kilomètres de là, nettement plus hospitalière et dont la Pyramide dépend administrativement.

La Pyramide de Ball est un neck, autrement dit le reste d'une cheminée volcanique qui s'est formée il y a 6,4 millions d'années. Un volcan est habituellement constitué d'une cheminée dans laquelle s'accumule la lave entourée d'un cône constitué de matériaux d'éjection. Lorsque l'érosion a fait son œuvre, le cône a disparu mais la cheminée de lave a subsisté. Le volcan d'origine était de type "bouclier", d'un diamètre d'environ 20 km et d'une hauteur de 1000 mètres au moins. La Pyramide de Ball se trouve au centre d'un plateau sous-marin situé à une profondeur de seulement 50 mètres, réminiscence de l'ancien volcan.

D'une hauteur de 562 mètres, d'une longueur de 1100 mètres et d'une largeur de 200 mètres, elle fait partie d'un ensemble : le plateau de Lord Howe. Ce plateau, outre l'île éponyme et la Pyramide, compte quelques autres îlots. Il s'agit ni plus ni moins que d'une extension du continent de Zealandia, continent aujourd'hui majoritairement submergé dont les principales parties au-dessus du niveau de la mer sont la Nouvelle-Zélande, la Nouvelle-Calédonie et Lord Howe.

Pyramide de Ball

Dryococelus australis, le phasme ressuscité

L'eau douce est quasiment inexistante sur la Pyramide et, par conséquent, il n'y existe ni flore ni faune. Enfin presque. Une petite crevasse retient de l'eau de pluie, ce qui a permis la croissance d'un unique Melaleuca (dit "arbre à thé"), qui lui-même héberge 24 phasmes Dryococelus australis. Cet insecte a pour particularité d'être endémique de Lord Howe. D'une taille de 15 centimètres, il a été surnommé "homard terrestre". Il servait traditionnellement d'appât pour les pêcheurs.

En 1920, ce phasme est réputé éteint après sa destruction par les rats introduits accidentellement dans l'île de Lord Howe par les colons européens deux ans plus tôt. Lors des ascensions effectuées dans les années 60, des spécimens morts ont été trouvés, ce qui laissait espérer la subsistance d'une colonie. Celle-ci n'a été finalement découverte qu'en 2001.

Le statut de conservation de l'espèce est pour l'occasion passé de "éteint" à "en danger critique d'extinction" mais le phasme a gagné le surnom "d'espèce la plus rare du monde". Deux couples ont été prélevés et transférés dans des zoos afin d'assurer leur reproduction en captivité. La population actuelle se monte à plus de 1000 spécimens. L'objectif est de réintroduire le phasme de Lord Howe dans son habitat d'origine. Une condition est néanmoins indispensable : éradiquer les rats.

Île inaccessible, île interdite

Pyramide de Ball

La Pyramide formant un à-pic dans l'océan, il n'existe pas d'endroit propice à l'accostage. C'est le géologue australien Henry Wilkinson qui, le premier, y a posé le pied en 1882, soit 48 ans après l'établissement de la première colonie permanente sur l'île Lord Howe. Mais accostage ne signifie pas exploration.

Et, sur la Pyramide de Ball, exploration rime avec alpinisme. Ce n'est donc qu'en 1964 que la première tentative (infructueuse) d'escalade est effectuée. Il fallut attendre un an de plus pour que le sommet soit atteint, non plus par des scouts mais par des alpinistes expérimentés.

L'exploit a été réitéré quelques fois, soit légalement soit clandestinement. Quoi qu'il en soit, l'accès est très strictement réglementé par les autorités de l'île de Lord Howe, notamment pour protéger la petite population de phasmes au bord de l'extinction.

La Pyramide de Ball fait désormais partie du Lord Howe Island Marine Park, une aire marine protégée inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco.
Photos : John Game / Martin7d2

Par Charles LorrainMis à jour le 10/07/2018
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.