Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

L'entretien de nos plages, le devoir de tous

Destination touristique par excellence lors des beaux jours, la plage est traditionnellement un lieu de forte affluence en été. Cet exode massif dégrade pourtant l'état du littoral et, chose que peu de vacanciers savent, l'entretien régulier des plages est un impératif afin de les préserver.

L'entretien de nos plages, le devoir de tous
Photo: Anne Roberts

Cela n'est généralement pas perceptible par l'estivant venu lézarder au soleil, du moins pas tout de suite. La fréquentation massive de la plage n'est pas sans conséquence sur sa propreté mais également sur son écosystème. Dans un souci d'améliorer continuellement la qualité des plages tout en respectant un esprit de développement durable, il est nécessaire de les entretenir régulièrement.

La prévention et la sensibilisation

Les campagnes de sensibilisation permettent d'alerter les consciences sur la nécessité de préserver la plage. En plus des campagnes d'affichage, des cendriers peuvent par exemple être distribués, tout comme des sacs à déchets individuels. Les plagistes peuvent patrouiller pour venir à la rencontre des estivants et les sensibiliser, car le danger est réel : un mégot nonchalamment enfoncé dans le sable peut mettre jusqu'à 2 ans pour disparaître et entre temps, il libérera moult métaux lourds et produits chimiques dans le sable. Une pile, quant à elle, peut empoisonner 1m3 de terre.

La prévention et la sensibilisation permettent donc de prendre le problème en amont et de limiter les dégâts avec une prise de conscience.

Le nettoyage de nos plages : manuel et mécanique

Plusieurs techniques existent pour entretenir les plages. On peut les nettoyer manuellement, en utilisant la bonne vieille huile de coude. C'est la méthode de nettoyage la moins évasive. Quand la plage est vraiment encombrée de débris et de déchets, comme au lendemain d'une tempête par exemple, il n'est pas rare que la ville ou une association organise un grand rassemblement où plusieurs bénévoles s'associent pour nettoyer le littoral à la main. Même si dans l'absolu chaque commune est libre de son programme, ce nettoyage suit un calendrier bien défini et commence généralement dès le mois de mars, pour finir vers le mois d'octobre.

Le nettoyage mécanique, quant à lui, se pratique en utilisant des cribleuses, des tamiseuses ou encore des ratisseuses. Ce genre de nettoyage permet de ramasser rapidement les gros déchets et sont performants pour la collecte des algues et tout ce qui compose la « laisse de mer » (débris naturels ou non, déposés sur la plage par les marées). L'ennui, c'est que l'utilisation de ces machines n'est pas sans impact sur la plage et son environnement.

Les effets du nettoyage mécanique sur l'écosystème

Les engins mécaniques utilisés pour le nettoyage des plages sont d'une redoutable efficacité. Elles parviennent même à ramasser les résidus d'hydrocarbure. Cependant, opter pour un nettoyage mécanique systématique nuit plus qu'il n'aide la plage : ces machines fragilisent le terrain et favorisent l'érosion du sable et des dunes. Elles perturbent également l'écosystème du littoral en endommageant l'habitat naturel de la petite faune du littoral.

Au final, on se retrouve avec une plage bien propre mais un écosystème appauvri. Pour ne rien arranger à l'affaire, il arrive que, pour nettoyer la plage, les tamiseuses et les cribleuses doivent retirer d'importants volumes de sable, modifiant ainsi en profondeur l'équilibre sédimentaire du terrain. Devant ces effets destructifs, on opte le plus souvent pour un nettoyage mixte : le nettoyage manuel est privilégié tandis que le nettoyage mécanique ne se fait que ponctuellement.

Enfin, il faut remarquer que tous les débris ne sont pas enlevés, surtout en hiver ! Les composantes organiques de la laisse de mer (bois mort, algues, matières organiques, etc.) sont très utiles à l'équilibre écologique de l'écosystème côtier. Fournissant abri et nourriture à toute une faune composite, elles participent à la biodiversité de la plage et à la maintenir vivante. Elles ne devraient donc pas être systématiquement ramassées. Ainsi, l'entretien de nos plages nécessite la mise en œuvre d'une vraie politique de gestion des déchets afin de trouver le juste équilibre entre préoccupation environnementale et exploitation touristique.

Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.