Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Fumer tue... et pollue !

On savait la cigarette nocive pour les fumeurs (et les autres), mais on oublie combien la pratique du tabac peut être néfaste pour l’environnement. L’été, ce sont nos plages qui semblent les plus menacées...

Fumer tue... et pollue !
Photo: Zen Sutherland

C’est indiqué sur les paquets de cigarettes, fumer peut provoquer des maladies graves. Mais cette pratique reste un choix délibéré de tous ceux qui ne peuvent résister à la tentation d’une bouffée. En revanche, on ne peut pas en dire autant de ceux qui subissent les cigarettes de leur entourage : c’est ce qu’on appelle le tabagisme passif. Une notion maintes fois évoquée lors de la mise en place de la loi qui interdit désormais la cigarette dans les lieux publics comme les bars et les restaurants.

Un air impur

Mais que penser de la cigarette en plein air, comme sur la plage ? Car, contrairement à ce que pensent de nombreux fumeurs, le "grand air" ne les empêche pas de polluer les poumons, ou en tout cas les narines de leurs voisins de serviette. Une petite brise de mer qui caresse le littoral au moment du rejet de la fumée, et celle-ci parvient facilement jusqu’aux estivants installés plusieurs mètres en arrière. Fumeurs, pensez-y : la plage accueille d’autres amoureux du bord de mer. Il y a du monde autour de vous, notamment des enfants, qui n’ont ni envie ni besoin de respirer votre fumée. Au moment de sortir votre paquet, évaluez la direction du vent, ou allez vous baigner ! Un bon bain dans les vagues aura le même effet apaisant.

Ne pas confondre sable et cendrier

Autre conséquence néfaste pour la nature : les mégots laissés par les fumeurs irresponsables. On ne le répétera jamais assez : la plage n’est pas une poubelle, ni un cendrier ! Il est particulièrement désagréable pour un vacancier de devoir faire le ménage avant de pouvoir installer sa serviette, au milieu des innombrables bouts de cigarettes abandonnés. Et que penser du jeune enfant, arpentant la plage à quatre pattes, à la recherche d’un joli galet tout rond, et ne trouvant qu’une vieille clope qu’il aura la tentation de porter à sa bouche ?

Enfin, les cigarettes détériorent la nature : un mégot met entre 5 à 10 ans pour se dégrader. C’est le temps nécessaire pour défigurer un joli paysage de dunes bucoliques. De plus, les mouettes et autres animaux de la mer les avalent, alors qu’ils contiennent du cadmium et de l’arsenic : autant dire, du poison à l’état pur. A terme, les clopes abandonnées peuvent entraîner la mort de la faune marine.

Vers une interdiction du tabac sur les plages ?

Doit-on pour autant appliquer le décret d’interdiction de fumer aux espaces naturels comme la plage ? La loi interdit de fumer dans des endroits publics, fermés et couverts. La plage ne rentre donc pas dans le champ d’interdiction, et il y a lieu de penser qu’un élargissement de celui-ci commencerait sérieusement à peser sur la liberté individuelle. Pourtant, de nombreuses plages non-fumeurs voient le jour, aussi bien en France qu'aux États-Unis. Jugée extrême par beaucoup d'usagers, cette mesure relance donc la polémique.

Sur les autres plages, il faut compter sur la civilité des fumeurs pour éviter de polluer les poumons des vacanciers et respecter davantage la nature. Les solutions existent : vérifier la présence de poubelles, venir avec son cendrier de poche ou mieux : s’abstenir !

Par Guillaume DaveluyPublié le 05/06/2008
Pour recevoir la newsletter

4 commentaires

Karine De Beaux Poumons

le 23/07/2013

Non fumeur complet, je trouve ce type de prohibition directement issue du puritanisme nord américain complétement cinglé ; taré, dangereux ; une simple odeur n'est pas un impact ; la question du mégot est différente, mais alors un peu de courage sur les pesticides et perturbateurs endocriniens dans tous les produits et tous les milieux ; il faudra aussi penser à interdire les moteurs à explosion à proximité des rues ; un moteur de 1,5 l qui tourne à 1000 tours minutes avec un taux de compression de 15 envoie 1,5 m3 multiplié par le coefficient d'explosion dans l'air à chaque minute ; calcul au pif pour montrer la débilité de ce genre d'idée...

Christelle

le 28/06/2013

Associer fumeur et pollueur est un peu facile... Je fume, et je n'ai jamais laissé un seul mégot sur une plage ... Par contre je ramasse des tas de choses que d'autres n'ont pas réussis à mettre dans une poubelle !

DARICKA

le 19/04/2012

je pense que si nous pouvons arréter la production du tabac,en particulier la cigarette,cela pourrait nous aider à remedier à la pollution de l'air car,il convient de dire que la pollution de l'air est la cause principale des maladies polmonaires qui participent à l'augmentation du taux de mortalité surtout dans les pays encore sous - devéloppés .

Christian

le 30/11/2011

Si on ne peut empêcher les fumeurs de se "suicider", au moins pourrons-nous espérer avoir des plages propres et sans mÉgots. les plages ne sont pas des poubelles, et adultes comme enfants n'ont pas à subir les milliers de mégots toxiques et provocateurs ! de même la faune, dont les poissons, doit être respectée. ne pas respecter les autres et la nature autour, c'est ne pas se respecter soi-même.

Vous aussi, donnez votre avis !

Il vous reste caractères.