Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Érosion ou piétinement ?

On pense que le vent et les vagues sont les plus graves causes de l'érosion de nos plages. Mais la fréquentation des touristes joue aussi sur l'écosystème. Fouler les dunes n'est pas forcément une bonne idée.

Le principal problème concernant l’érosion est la disparition des plantes du haut de plage, qui ont été détruites par le piétinement des touristes. Ces plantes arrêtaient le transport du sable éolien, celui-ci faisait ensuite avancer la dune vers la mer. Aucun des ouvrages construits en bordure de mer n’en à tenu compte.

La préservation des dunes

Afin de régler ce problème, il faudrait faire avancer le pied de dune de 15 à 25 mètres selon la pente de la plage, tout en laissant 10 à 20 mètres pour la circulation des touristes. Ceci permettrait de réserver une zone de 5 mètres pour le développement des plantes qui retiendront alors le sable éolien et éviteront l’érosion de la dune.

Une cause alarmante

Le système installé sur la plage des Sables d'Olonne, par exemple, devait faire remonter le niveau du sable. En réalité, le sable n’est pas remonté, la plage a seulement été asséchée. Les raisons de l’érosion ne devaient donc pas être les bonnes au départ : c'est probablement le rabaissement du schiste d’un mètre au cours du siècle passé qui a provoqué la baisse du niveau de la plage. Or l’usure de ce schiste est là encore la conséquence du passage des touristes. Il convient donc de se préoccuper, non des effets du problème, mais plutôt de la cause.

Alexandre Voisin

Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.