Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Ces herbes méconnues qui protègent les dunes

Nos plages sont fragiles tout comme les dunes qui les composent. Ces dernières abritent un écosystème qu'il faut préserver et elles servent de protection face aux tempêtes. Si l'action humaine peut être requise pour dépolluer et renforcer les dunes, certaines plantes s'en chargent naturellement.
Ces herbes méconnues qui protègent les dunes

Connaissez-vous l'Oyat des dunes, le Chiendent des sables ou le Cakilier ? Toutes ces plantes ont un point commun : elles protègent les dunes contre l'érosion et elles les renforcent, ce qui permet de les préserver et de le fixer durablement. Ces herbes vivaces grandissent naturellement dans ce milieu hostile et on n'a pas forcément conscience de leur importance. Prenez-en soin quand vous les croisez !

L'oyat protège les plages de l'Atlantique et du Pacifique

L'oyat des dunes, connu également sous le nom de Ammophila arenaria, est une herbe vivace que l'on retrouve principalement sur les côtes de l'Atlantique et du Pacifique. Comme son appellation latine l'indique, elle aime le sable, et elle serait l'une des plus anciennes herbes à avoir trouvé refuge sur les plages. On la nomme également le Chiendent marin, le Jonc des dunes, ou encore le Roseau des sables, et elle a la particularité de résister au sel de la mer. Là où d'autres plantes seraient brûlées à son contact, elle tient bon et peut donc se développer sur les plages de sable.

Sa capacité à fixer les dunes provient de ses racines, qui constituent un vaste réseau qui s'infiltre dans le sable et qui permettent de renforcer la structure de ces dunes. Elle a également une action bénéfique sur l'écosystème local, car elle sert d'abri à la végétation qui se trouve derrière elle en la protégeant des coups de vent.

On peut reconnaître l'oyat des dunes à ses feuilles effilées qui se replient sur elles-mêmes à leur extrémité. Attention, car elles sont très coupantes. On met également en garde les marcheurs de plage contre le piétinement de cette herbe vivace, très sensible, qui ne supportera pas le poids de vos pas. Vu son action, il serait dommage de ne pas les préserver !

Le Chiendent des Sables, une plante qui se nourrit de soleil

Le Chiendent des Sables à un rôle primordial, puisque c'est la première plante que l'on trouve en front de mer. Elle sert notamment de rempart à l'Oyat des dunes qui pousse juste derrière elle. Cette herbe, connue sous l'appellation Elymus athericus, se reconnaît facilement sur les plages, puisqu'elle pousse en touffe de 25 à 50 cm. Elle possède des feuilles très fines (environ 6 mm) et des épis verts et plats.

Son rôle protecteur et fixateur pour les dunes vient du fait que ses feuilles vont piéger le sable apporté par le vent, depuis la mer. Ainsi, ce sable stoppé va s'accumuler aux pieds de la plante de Chiendent et former peu à peu des dunes, ou renforcer celles existantes. Ses racines qui peuvent atteindre plusieurs mètres et qui sont en contact avec la mer participent au renforcement des amas de sable sur lesquels pousse la plante.

Le chiendent des sables est vert car il contient de la chlorophylle, ce qui lui permet d'utiliser le soleil comme énergie. Cette graminée se nourrit également des micro-organismes qu'elle trouve dans les laisses de mer.

Herbes dunes

Le Cakilier maritime pour retenir le sable et colorer les dunes

On l'appelle aussi le caquillier maritime (Cakile maritima) ou la roquette des mers, et on trouve souvent cette plante en bordure de mer, car elle utilise les débris rapportés par la marée pour se nourrir et grandir.

Fortement exposée au vent, c'est une herbe vivace courbée qui ne dépasse pas les 50 centimètres de haut. On la reconnaît à ses feuilles épaisses et luisantes qui emmagasinent l'eau, ainsi qu'à ses jolies fleurs blanches / violacées durant la période de floraison (entre juin et novembre).

C'est une plante qui supporte particulièrement bien le sel, d'où sa présence sur les plages, et dont les racines et les rhizomes vont aider à fixer le sable et à renforcer les avants-dunes.

Petit fait insolite : le cakilier est parfaitement comestible (cuit ou cru) et posséderait un goût piquant et amer.

Par Mickael Mis à jour le 21/03/2019
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.