Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Cannes, du village de pêcheurs au haut lieu du cinéma

La ville de Cannes est bien connue pour le festival de cinéma qu'elle accueille tous les ans. Mais on oublie qu'avant d'être la destination courue du printemps, la ville a fait pas mal de chemin depuis ses modestes débuts. Retour sur l'histoire d'une ville mythique.
Cannes, du village de pêcheurs au haut lieu du cinéma
Photo: marcovdz

Cannes est une ville portuaire du sud-est de la France, sur la Côte d'Azur. Située à 690 km de la capitale, elle est devenue une ville de stars connue mondialement pour son faste et son festival de cinéma, le fameux Festival de Cannes. Une brillante réussite pour ce lieu qui, il y a encore peu de temps, n'était qu'un humble village de pêcheurs.

Les origines de la ville

L'occupation du bassin cannois date du Néolithique, mais les premiers à coloniser durablement la zone furent des Ligures, arrivés durant l'âge du fer. La ville prend naissance depuis une colline fortifiée qui deviendra plus tard le Suquet, le quartier le plus ancien de la ville.

Après les Ligures viendront les Celtes, puis les Romains. Au Moyen Âge, c'est un village féodal qui s'y développe avec un château, toujours sur la colline, des églises et une population grandissante.

Les premières traces du nom de la ville remontent à l'an 990. Elle est alors appelée Canoas ce qui, en ligurien, signifie "sommet" ou "hauteur", en référence au village fortifié sur la colline. De là, on l'a appelé Canua, Canoïs, Canue et Cano. Ce n'est qu'en 1793 qu'elle adopta son nom définitif, Cannes.



Transformation de la ville

Essentiellement peuplée de pêcheurs, de moines et de gens de simple vie, la ville ne prit son essor qu'au 19ème siècle grâce à un lord anglais, Lord Brougham. Ce dernier, de passage à Cannes de manière totalement fortuite, tombe sous le charme de la région et y achète un terrain. Il y fit ensuite construire une immense maison, achevée en 1836, et en fera le premier lieu de villégiature de Cannes : la villa Eléonore-Louise.

Son idée conquiert rapidement la bourgeoisie anglaise et européenne qui finit par faire de la ville leur lieu de villégiature hivernale. De nos jours, la villa Eléonore-Louise est encore visible rue du Docteur Picaud.

Cannes n'a ensuite eu de cesse de s'embellir avec des jardins ici, des parcs là, et des boulevards. Le plus connu de tous, La Croisette, verra le jour en 1863, mais ne prendra la forme qu'on lui connaît aujourd'hui que 100 ans plus tard. Une jetée fut construite, le port fut étendu, le chemin de fer arriva dans la ville, et les travaux d'agrandissement continuèrent tant et si bien qu'à la fin du 19ème siècle, Cannes était devenue une belle ville citadine avec ses jolies villas, ses cures thermales et ses palaces.



Le Festival de Cannes

Impossible de parler de Cannes sans parler du festival éponyme qui a eu lieu tout d'abord en septembre, puis chaque deuxième semaine de mai. Le tout premier festival aurait dû avoir lieu en 1939, mais a été annulé suite à l'invasion de la Pologne par l'Allemagne. L'événement a été pensé comme une alternative indépendante à la Mostra de Venise devenue, à l'époque, une plateforme de propagande pour les états fascistes italien et allemand.

Il a fallu attendre l'après-guerre, en 1946, pour qu'ait enfin lieu la première édition du Festival de Cannes. Depuis, au fil des rendez-vous réussis, l'événement est devenu incontournable dans l'industrie du cinéma avec des récompenses prestigieuses comme le Grand Prix ou la Palme d'Or. Une aubaine pour la station balnéaire.

Durant les douze jours d'un festival, la population locale fait plus que doubler, passant de 74 000 à 200 000 personnes. Les retombées financières, elles, ont été estimées à 72 millions d'euros en 2014. Pas étonnant que la ville soigne son image et continue les travaux, à l'instar du ré-ensablement de ses plages pour, à terme, en doubler la taille.


Photos : Mike Locke / Mathieu Lebreton / Ludovick

Par Andriatiana RakotomangaMis à jour le 22/06/2018
Pour recevoir la newsletter

Autour du même thème

    Vos commentaires

    Soyez le premier à laisser un commentaire !

    Il vous reste caractères.