Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

7 idées pour travailler à la plage

Si vous rêvez de travailler les pieds dans le sable (ou presque), voici 7 métiers accessibles à tout un chacun, même s'il faut des prédispositions pour certains d'entre eux (on s'improvise difficilement moniteur de surf ou d'aviron). Embarquez pour un tour d'horizon des métiers qui font voir la mer de très près.
7 idées pour travailler à la plage

En été, les côtes attirent du monde, et pas uniquement des gens qui désirent se prélasser sur une serviette, en bord de mer. Comme les vacanciers, des travailleurs visent la plage et cherchent à allier l'utile à l'agréable durant quelques mois chauds. Mais comme plage ne rime pas forcément avec paradis, certains jobs nécessitent de connaître des informations contraignantes, qui sauront alors vous guider au mieux vers le boulot vraiment fait pour vous. Dans tous les cas de figure, vous pouvez espérer avoir les pieds dans l'eau à la fin de la journée !

Nageur-sauveteur

Le boulot de nageur-sauveteur consiste, le matin, à délimiter la zone de baignade avec des bouées, puis le reste de la journée, à surveiller la plage et à secourir les personnes qui rencontrent des problèmes dans l'eau. Et, le cas échéant, à donner les premiers secours. Pour faire ce travail, qui exige une grande responsabilité puisque la vie de personnes est en jeu, vous devez absolument être titulaire du brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique (BNSSA). Cependant, pas de panique si vous ne l'avez pas encore : toute l'année, la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) dispense des formations pour le décrocher. L'avantage indéniable d'un tel travail, qui n'est pas nécessairement le salaire (1200 euros par mois), est que si, par chance, vous rencontrez peu de problèmes avec les gens sous votre garde durant vos horaires de travail (10h-19h), vous allez bronzer à toute vitesse sur votre chaise.

Marchand ambulant

Voici un job étonnamment assez sportif : si votre rêve ultime est de crier "chouchou, beignets, glaces, boissons fraîches" sur la plage quand il fait 40°C, le métier de marchand ambulant est fait pour vous. Très cool de prime abord, puisque vous êtes la star de la plage à chaque fois que vous ouvrez la bouche pour déballer votre crédo marketing, être un vendeur de glaces ou de beignets ne représente pas uniquement du fun. Déjà, pour le faire, vous devez être en excellente condition physique. Pourquoi ? Parce que marcher des kilomètres sur une plage, en tirant un chariot de plus de 40 kg, et de surcroît en criant, tout cela durant une journée entière, ce n'est pas à la portée du premier venu. Ensuite, petite problématique, et non des moindres : en tant qu'employé, donc si vous ne le faites pas en tant qu'auto-entrepreneur, vous pouvez être payé à la commission. C'est-à-dire, pour donner un ordre d'idée, de 30 à 40 % du chiffre d'affaires de la journée (200 euros dans un bon jour). Ce système est intéressant, si et seulement si les ventes sont élevées, et si vous arrivez à vous jouer de la concurrence – sur les plages, vous ne serez jamais seul à vendre "des glaces, des chouchous, des beignets". Mais quand votre chiffe ne décolle pas, c'est une journée de perdue et qui ne paye pas beaucoup.

Plagiste

Un plagiste est celui qui met en place, sur un périmètre donné, les transats, les matelas et les parasols que les vacanciers, qui souhaitent être à l'écart du commun des mortels sur la plage, veulent louer. Le but évident de la manœuvre étant de ne pas prendre du sable dans les yeux quand son voisin un peu gauche secoue avec vigueur sa serviette – c'est extrêmement pénible, on est tous d'accord. Ce boulot nécessite d'être très organisé et d'un naturel serviable, car on peut vous demander quelques services supplémentaires en plus de l'installation et de la désinstallation des transats et des parasols, qui vous demanderont d'ailleurs de l'endurance : vente de serviettes et de boissons, location d'engins nautiques, étalage de crème solaire sur le dos d'une vacancière... De plus, il semble assez indispensable que vous parliez une langue étrangère, de préférence l'anglais, langue avec laquelle les touristes du monde entier se débrouillent. Ce ne sont pas des pré-requis extrêmement rares, mais tout le monde ne les a pas, donc autant vous prévenir. Enfin, il est toujours bon de savoir que vous faites rarement des journées entières dans ce métier - soit du matin jusqu'à 15h, soit de midi jusqu'à 18h -, mais que vous recevrez, si votre travail est bien fait, quelques pourboires.

plagiste

Animateur en club de plage

Être animateur d'un club de loisirs convient prioritairement aux personnes dynamiques, puisque c'est un job qui nécessite de diriger dans la bonne humeur un groupe, parfois de jeunes gens, pour faire des activités sportives ou simplement ludiques - concours de châteaux de sable, beach-volley, gymnastique, etc. La sécurité étant importante, de surcroît quand vous avez des enfants à votre charge, on vous demandera sûrement, en plus de l'indispensable BAFA (Brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur), d'être muni d'un diplôme de secouriste, comme le PSC1 (Prévention et secours civiques de niveau 1). Dans ce job, les journées peuvent être très longues, jusqu'à 10h par jour, tout autant que les semaines (6 jours sur 7), alors que la rémunération, elle, n'atteindra pas le nirvana : vous aurez le SMIC, en somme.

Moniteur d'activités nautiques

Être moniteur d'activités nautiques, comme le surf, le canoë-kayak, l'aviron, le ski nautique ou la voile, demande, comme vous vous en doutez déjà, une compétence dans le domaine à enseigner, car ce n'est pas une activité qu'on peut improviser sur le tas. Il vous faudra donc le diplôme suivant pour pouvoir accéder à ce job : le BJPEPS (Brevet Professionnel Jeunesse Education Populaire). Et vous vous spécialiserez ensuite vers le domaine que vous préférez. En plus de cela, à l'instar de l'animateur de loisirs, il convient d'être dynamique, puisque vous êtes souvent face à un groupe de personnes qui doit vous écouter et adhérer à ce que vous dites. Mais également vous comprendre : de fait, des qualités de pédagogie semblent requises pour effectuer un tel travail, qui offre un salaire correct même quand on débute (du SMIC à 1700 euros bruts par mois). Problème : le moniteur d'activités nautiques doit prévoir une autre profession, puisque durant les mois froids, il n'aura pas beaucoup d'élèves à faire progresser sur l'eau.

moniteur

Garçon-limonadier

C'est l'autre nom du "serveur", qui est très recherché par les restaurants, bars et autres snacks sur les plages, l'été, quand l'affluence explose avec les touristes. Pour ce job, pas de qualifications spécifiques requises. On vous demandera seulement un beau sourire, de la patience, un soupçon de langue étrangère - l'anglais de préférence - et un peu d'adresse, pour porter les boissons aux clients en naviguant entre les tables et les touristes de toutes les nationalités. Le petit plus : postulez "physiquement", donc en vous déplaçant dans le bar ou le restaurant qui vous intéresse, au lieu d'envoyer votre CV par mail, histoire de faire bonne impression immédiatement en rencontrant le patron ou son lieutenant. Le contact humain étant essentiel dans ce métier, on pourra juger de votre aptitude à bien vous présenter et à sourire.

Vendeur de souvenirs

Vous avez toujours rêvé de vendre des attrape-nigauds aux touristes ? Blague à part, votre diplôme en vente peut évidemment vous servir l'été pour trouver un travail agréable sur la côte, avec vue sur la mer depuis le petit commerce où vous vendez des souvenirs de la ville aux touristes français et étrangers. Sourire et bonne humeur sont de mises pour un travail qui vous offrira au minimum le SMIC et de longues journées (souvent de 9h à 19h).

Par Maxime BrunPublié le 10/12/2019
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.